Vicat (VCT) - Idée abonné

Idées d'actions proposées par la communauté + pistes d'investissement proposées par les daubasses hors portefeuilles
Lebovski
173
Messages : 32
Inscription : 06/12/2019

Message par Lebovski » 16 juin 2022, 17:55

Les achats d'initié dépassent 2 millions d'euros (2.269.000 eur) depuis le 27 mai:
Pièces jointes
VICAT.jpg

Avatar de l’utilisateur
les daubasses
Administrateur
9538
Messages : 2904
Inscription : 26/10/2019

Message par les daubasses » 28 juin 2022, 08:19

Cours actuel : 27,55 EUR

Les achats de la famille ne faiblissent pas. Encore 80 000 titres rachetés au cours des 2 dernières semaines pour un montant de 2,2 M EUR (prix moyen de 27,37 EUR).
Vicat 15-24.06.2022.png
source : insiderscreener
-- Chasseurs de décotes depuis 2008 --

Lebovski
173
Messages : 32
Inscription : 06/12/2019

Message par Lebovski » 02 juillet 2022, 15:09

Vicat a lancé en juin sa propre marque d'impression 3D pour le béton, Lithosys, fruit de recherches entamées en 2017. Le transfert de cette technologie vers le béton et la construction n'en est qu'à ses débuts, encore trop chère, mais je trouve ce positionnement prometteur pour l'avenir, avec différents axes puisque Vicat entend commercialiser une gamme d'encres béton, concevoir des objets destinés à être imprimés, faire de l'impression pour des tiers, et même vendre des systèmes d'impression. Cette technologie constitue aussi un axe majeur du groupe pour réduire son empreinte carbone.

https://www.lesechos.fr/industrie-servi ... 3d-1413130

Avatar de l’utilisateur
les daubasses
Administrateur
9538
Messages : 2904
Inscription : 26/10/2019

Message par les daubasses » 05 août 2022, 11:03

Cours : 26,75 EUR

Maintenant que les résultats semestriels ont été publiés la famille reprend tranquilou ses achats d'actions : 10 000 actions à 25,34 euros mercredi dernier.

source : https://www.insiderscreener.com/fr/entreprise/vicat-sa


Est-ce cette information qui rassure le marché et fait monter le cours ?
Ce sera intéressant de voir si la famille Vicat continue d'acheter après cette petite hausse. Ce serait un bon signe de confiance dans les perspectives de l'entreprise après un S1 mi-figue mi-raisin.
-- Chasseurs de décotes depuis 2008 --

Avatar de l’utilisateur
Vysse36
797
Messages : 224
Inscription : 31/07/2020

Message par Vysse36 » 05 août 2022, 11:11

Pourquoi la famille attendait-elle la publication ?

Avatar de l’utilisateur
les daubasses
Administrateur
9538
Messages : 2904
Inscription : 26/10/2019

Message par les daubasses » 05 août 2022, 11:16

Il y a des règles et des délais à respecter avec une interdiction pour les initiés de négocier les actions avant les publications. 2 semaines de mémoire ?


Liens des derniers résultats :
> Présentation des résultats semestriels 2022
> Résultats semestriels 2022
-- Chasseurs de décotes depuis 2008 --

Avatar de l’utilisateur
Snowball
3484
Messages : 398
Inscription : 21/11/2019

Message par Snowball » 06 août 2022, 12:46

Le délai durant lequel il est interdit aux initiés d'acheter ou de vendre les titres de leur propre société est bien de 15 jours avant une publication. L'AMF considère en effet que dans la période qui précède immédiatement une publication les dirigeants connaissent la teneur des chiffres à venir. Elle souhaite éviter qu'ils en fassent usage en anticipant le mouvement de hausse ou de baisse du cours qui devrait suivre la publication.

Je reprend ici le texte du vade-mecum de l'AMF à destination des société cotées :
Objectifs : Les dirigeants de sociétés cotées, qui réalisent des transactions sur les titres de leur société, sont soumis
aux nombreuses prescriptions liées à la prévention des manquements d’initiés dans la mesure où ils se trouvent
dans une situation d’initié permanent. Ces personnes doivent ainsi composer avec les multiples périodes
d’abstention d’utilisation et s’assurer, avant toute transaction, de ne pas être en situation d’initié.

En pratique, l’obligation d’abstention s’applique dès que les personnes concernées sont détentrices d’une
information privilégiée et notamment lorsque la remontée des éléments comptables permet de cerner
suffisamment le résultat en amont des périodes d’abstention ou « fenêtres négatives » définies par les émetteurs.
Ainsi l’AMF considère que la diffusion par un émetteur d’un communiqué de presse sur les résultats annuels et
semestriels constitue l’annonce du rapport financier annuel ou intermédiaire au sens du règlement européen
« Abus de marché ». L’AMF considère, dans cette hypothèse, que la fenêtre négative débute 30 jours avant la
publication du communiqué de presse concerné.

Il est rappelé que l’obligation d’abstention s’applique en toute hypothèse dès lors que les personnes concernées
sont détentrices d’une information privilégiée. Par ailleurs, au-delà de cette position, l’AMF recommande
également aux sociétés d’étendre l’application des fenêtres négatives à toutes les personnes qui ont accès de
manière régulière ou occasionnelle à des informations privilégiées. De plus, dans la mesure où les émetteurs qui le souhaitent peuvent toujours décider volontairement de publier une information financière trimestrielle, l’AMF recommande aux sociétés de mettre en place volontairement des fenêtres négatives applicables aux dirigeants et aux personnes assimilées aux dirigeants ainsi qu’à toute personne qui a accès de manière régulière ou occasionnelle à des informations privilégiées, quinze jours calendaires minimum avant la publication de l’information trimestrielle par les émetteurs.
Snowball

Lebovski
173
Messages : 32
Inscription : 06/12/2019

Message par Lebovski » 09 août 2022, 12:50

Un article abonné de Bourse Direct du 5 août sur Vicat, suivi de quelques réflexions.
Vicat: gros temps en vue

La récession inquiète...

Sale temps pour certaines valeurs industrielles en bourse ! L'explication est simple : le marché redoute une récession fin 2022/début 2023 qui ferait désordre pour les valeurs cycliques... Le cimentier isérois Vicat n'a pas été épargné par la tendance boursière récente. Une situation qui tient aussi au fait que les analystes s'interrogent sur sa capacité à compenser le renchérissement des prix de l'énergie qui se sont envolés ces dernières semaines... Dans un environnement marqué par une très forte inflation des coûts, le chiffre d'affaires du groupe au 1er semestre a malgré tout affiché une forte progression, fruit d'une hausse sensible des prix de vente, qui a largement compensé la baisse des volumes livrés... Ainsi, le chiffre d'affaires consolidé du groupe s'établit à 1,755 milliard d'euros (1,56 MdE au 1er semestre 2021), soit une progression de +12,5% en base publiée et de +14,5% à périmètre et change constants.

Le chiffre d'affaires opérationnel du groupe s'est établi quant à lui à 1,779 MdE, en croissance de +12,1% en base publiée et de +14,1% à périmètre et change constants. L'Ebitda consolidé a atteint 269 millions d'euros au cours du 1er semestre 2022, en baisse de 10,4% en base publiée et de -9,8% à périmètre et change constants. La marge d'Ebitda s'établit à 15,3%, soit une baisse de -390 points par rapport à la base de comparaison défavorable que constitue le 1er semestre 2021.
Le résultat d'exploitation du cimentier s'est établi au final à 128 ME, en baisse de 20,5% en base publiée et de -18,3% à périmètre et change constants. Ce recul résulte pour l'essentiel de la contraction de la rentabilité opérationnelle. Le résultat net consolidé s'élève à 88 ME, en baisse de 20% à périmètre et change constants et de -13,8% en base publiée. Le résultat net part du groupe se replie à l'arrivée de 22,7% à périmètre et taux de change constants et -16,8% en base publiée, à 78 ME.

En 2022, le groupe Vicat s'attend à une hausse sensible de son chiffre d'affaires soutenue par la progression de son activité et la forte augmentation des prix de vente. L'Ebitda généré par le groupe en 2022 devrait croître mais de façon moins sensible qu'en 2021... Compte tenu de ces éléments, Vicat s'attend à une érosion de sa marge d'Ebitda en 2022...
Au cours du second semestre 2022, le groupe poursuivra malgré tout ses efforts d'investissements. Les investissements industriels sont attendus en hausse par rapport à 2021, et devraient s'établir autour de 400 ME, dont environ 130 ME d'investissements de "maintien" et 270 ME d'investissements "stratégiques". Autant dire que la direction veut voir plus loin que la crise du moment, au-delà même de 2023 qui pourrait bien être une année plus délicate à piloter que prévu... A 5 fois les profits attendus en moyenne, le marché a déjà anticipé le pire selon nous...

Renforcer
Je n'accorde pas un grand crédit aux conseils de Bourse Direct en général tant ils sont nombreux mais tout n'est pas à jeter et certains m'intéressent en complément du suivi des files du forum Daubasses. C'est le cas ici: leur conclusion, à savoir que le cours intègre déjà le scénario du pire (récession) et aurait donc atteint des niveaux planchers (= récent plus bas annuel à 23,5 euros?) , peut être rapprochée de la dernière interview de William Higgons relatée dans la file Herige : le cours de certaines valeurs cycliques, Herige ou bien encore Jacquet Metals, intégrerait déjà le scénario le plus pessimiste.

Ici, la confiance totale de la famille Merceron-Vicat qui achète imperturbablement depuis mars/avril et les 30 euros constitue à mes yeux un signal fort pouvant corroborer cette opinion. Leur dernier cycle d'achat comparable, suivant le choc initial causé par l'irruption du Covid (du 25 mars au 25 juin 2020, autour de 25 euros, complété par 2 gros achats fin septembre 2020 autour de 28 euros) s'était en tout cas révélé excellent au niveau du timing, précédent un rebond jusqu'à 44 euros en 2021, qui était loin d'être une évidence au moment des achats... même s'il est entendu que les prévisions restent périlleuses, voire impossibles dans un monde de moins en moins prévisible (crise récente du Covid, crise actuelle où la guerre hybride de Poutine repose précisément sur une stratégie du chaos, crise climatique dont on ne peut anticiper l'ampleur, les effets à venir, crise future de Taïwan?... etc).

Je poursuis mon parcours du débutant et face à cette imprévisibilité, j'ai pour ma part choisi ici de répliquer la stratégie de la famille, en étalant mes achats sur cette valeur dans le temps, tant que leurs achats se poursuivent, et en me fixant le seuil de 23,5 euros comme seuil de dernier renforcement pour cette ligne que je porterais alors au maximum de ce que m'autorise mon processus, même s'il n'y a aucune certitude que l'on aille pas encore plus bas (la valeur est passée sous les 23 euros en mars/avril 2020)

Répondre

Connexion

Statistiques

____ membres / 2 000 max (___ places disponibles avant la limite)

13840 messages • 716 sujets