STEF (STF) - Pépites PEA

Anciennes actions du portefeuille Pépites PEA
Avatar de l’utilisateur
Snowball
7789
Messages : 614
Inscription : 21/11/2019

Message par Snowball » 02 octobre 2022, 17:16

Bonjour à tous,

Je signale un article très fouillé de Zonebourse sur STEF.

Sous la plume d'Etienne Monceau on retrouve les grandes caractéristiques de notre logisticien préféré :

- fort maillage territorial créant une barrière à l'entrée infranchissable pour d'éventuels nouveaux venus, le fameux " moat " cher à tant de stock-pickers anglo-saxons,
- actionnariat managérial et salarié de 72 % assurant une gestion LT,
- très belle génération de cash-flows permettant simultanément de financer de la croissance externe et un juste retour aux actionnaire sous forme de dividendes,
- effet de levier raisonnable et
- valorisation tentante.

L'article reprend les chiffres de ces derniers exercice et se lance dans l'exercice périlleux de la prédiction de l'activité et du résultat sur les trois ans qui viennent. Je vous livre ici la conclusion de l'auteur sur une scénario que je juge un brin optimiste en raison de la flambée du coûts de l'énergie :
iSTEF ZB.jpg
Et pour finir, mon passage préféré que nos hôtes auraient sûrement pu signer :
La lecture du bilan nous permet d'appréhender l’excellente gestion du groupe qui utilise le levier financier avec maîtrise (rentabilité économique avoisinant les 6% pour une rentabilité des capitaux propres proche des 14% et des charges d’intérêts couvertes plus de 25 fois par l’EBIT). La dette à long terme représente moins de la moitié des capitaux propres – capitaux dont la valeur de marché est sans doute sous-estimée car le patrimoine immobilier est amorti alors qu'en pratique il s'est apprécié significativement.

Bonne lecture,

Snowball

Avatar de l’utilisateur
Snowball
7789
Messages : 614
Inscription : 21/11/2019

Message par Snowball » 11 octobre 2022, 07:55

Stanislas Lemor passe à l'achat sur STEF, dont il est PDG.

Deux transactions datées du 30 septembre et du 3 octobre ont été déclarées hier à l'AMF. Au total il a acheté 2 380 titres à un PRU de 74,34 € pour un total de 177 K€.

Crise énergétique ou pas, il semble penser que le cours de STEF est passé bien en dessous de sa valeur intrinsèque. C'est encourageant.

Les déclaration sont jointes.

Snowball
Pièces jointes
DD_22_865704_9452966.pdf
(3.46 Kio) Téléchargé 11 fois
DD_22_865702_9452948.pdf
(3.47 Kio) Téléchargé 10 fois

Tombouba
611
Messages : 89
Inscription : 10/11/2019

Message par Tombouba » 11 octobre 2022, 23:59

Le syndicat des logisticiens du froid alerte suite aux grèves dans les raffineries. Stef est pour le moment probablement très peu impacté car le groupe dispose sur ses sites de cuves et de pompes et donc de réserves. Si le conflit s’éternise ou se durcit, les choses pourraient se compliquer.

Extrait :
« Nous demandons que la production des carburants soit maintenue et accessible aux transporteurs frigorifiques sous peine de mettre en péril l’approvisionnement des populations en produits alimentaires » alerte Valérie Lasserre, déléguée générale de LA CHAINE LOGISTIQUE DU FROID, association professionnelle qui représente 120 entreprises de transport et d’entreposage de produits frais & surgelés assurant l’approvisionnement en flux
tendu des denrées alimentaires. »

Source: http://www.presseagence.fr/lettre-econo ... carburant/

Avatar de l’utilisateur
Snowball
7789
Messages : 614
Inscription : 21/11/2019

Message par Snowball » 20 octobre 2022, 19:35

STEF publie ce soir son activité du T3.

On reste dans la même dynamique que lors des deux premiers trimestres de l'année :
iSTEF CA T3.jpg
- L'activité est en hausse très sensible avec un + 21,1 % par rapport au T3 2021
- La croissance est également forte à périmètre constant : + 13,4 %
- TOUS les segments profitent de la croissance de l'activité. L'activité de transport Europe enregistre les plus fortes progressions : + 39 % dont +16 % à périmètre stable. Le maritime se contente d'un modeste + 2 %.
- une partie importante de la hausse est lié au renchérissement du cours de carburant qui se répercute sur la facture du client.

Le communiqué est prudent sur la période à venir évoquant un moindre dynamisme actuel en France, notamment pour la GMS.

Il reste a voir comment ces bons chiffres vont se traduire dans le résultat de la période. L'enjeu étant que la hausse de l'activité permette d'absorber la hausse des coûts dans ce groupe assez gourmand en énergie pour réfrigérer ses entrepôts.

Snowball

Julien Col.
1123
Messages : 146
Inscription : 11/11/2019

Message par Julien Col. » 22 octobre 2022, 11:52

Publication d'investir (n°2546 du 22/10/2022) qui revient sur le Chiffre d'affaire du t3 2022.

Au delà de cette bonne publication, le magazine met l'accent sur le prix du carburant, mais surtout celui de l'électricité qui pourrait pénaliser l'entreprise dans les mois à venir.
Pièces jointes
stef.png
"Acheter aux pessimistes, vendre aux optimistes"

gamchi
93
Messages : 58
Inscription : 12/11/2019

Message par gamchi » 22 octobre 2022, 14:34

Je suis surpris par l'argument sur "l'inflation des actifs". C'est justement un des points forts du dossier ! Vu que la capitalisation est couverte par les actifs immobiliers, l'inflation a un impact considérable sur le patrimoine de la société, et donc sa valorisation. Cela renforce également sa barrière à l'entrée.

D'un autre côté, les capex sont de l'ordre de 200 M€ par an. Ils sont constitués d'achats de camions et d'entrepôts. Une inflation à 7,5% sur ces capex auront une incidence de 15 M€ bruts, soit en gros 10 M€ nets, ou encore moins de 10% du bénéfice. Alors que le cours est passé de 110 € à 80 € !

Je pense que c'est surtout dans ces temps difficiles qu'une boîte aussi solide que Stef peut profiter de la faiblesse de ses concurrents et acquérir des actifs à bon prix.

Tombouba
611
Messages : 89
Inscription : 10/11/2019

Message par Tombouba » 22 octobre 2022, 22:24

Bonsoir,
Je ne connais pas exactement l’inflation que va subir Stef sur 2023 mais le secteur est en train de passer des hausses entre 7 et 10% sur le transport. Sur l’activité transport, l’électricité représente en ce moment moins de 3% du CA et les détenteurs d’entrepôts frigo bénéficient d’un accès large au tarif arenh c’est à dire 49€/MWH soit 1/10eme du prix actuel pour 2023. Ça ne couvre pas 100% de la conso mais une bonne partie.
La majeure partie des contrats logistiques ont une clause d’indexation annuelle qui prend en compte la partie électricité. Je ne suis donc pas très inquiet sur 2022 et 2023.
La vraie inconnue porte sur la consommation en GMS et en restauration hors foyer si les prix continuent à monter. La baisse des volumes peut faire mal.
L’autre point qui m’inquiète est la compréhension par le marché de la croissance actuelle. Sur la partie française elle est majoritairement drivée par la hausse du pied de facture gasoil ( répercussion de la hausse du gasoil au client comme l’impose le droit du transport) comme le rappelle Snowball. Donc si le gasoil baisse le CA baisse et ça je trouve que Stef ne l’explique pas beaucoup aux investisseurs.
Dernière chose la marge 2022 sera boosté par les aides d’état (voir mon message précédent) et ça devrait donner un bon coup de boost à l’EBITDA de Stef en France ( rallongement des aides, passage à 30ct du litre sur Sep/oct/ une partie de nov).
A suivre avec les résultats.

Avatar de l’utilisateur
Snowball
7789
Messages : 614
Inscription : 21/11/2019

Message par Snowball » 14 novembre 2022, 17:36

STEF attend avec impatience la conclusion des négociations avec la Collectivité de Corse concernant la délégation de service public pour la desserte maritime de l’Ile à compter du 1er janvier 2023 et jusqu’au 31 décembre 2029. Les actionnaires aussi.

Pour bien comprendre l’enjeu, il faut regarder les résultats de STEF depuis 5 ans. En voici une version très résumée :
iSTEF1.jpg
Sur la période, les ventes progressent en moyenne de 4,2 %. Hors année COVID, l’EBIT évolue dans un range compris entre 4,2 et 4,7 %. Le RNC représente lui entre 2,9 et 3,1 % du CA. C’est bien… mais cela pourrait être sensiblement mieux. En effet, la performance de STEF est lestée par les pertes de sa branche maritime, que voici :
iSTEF2.jpg
Pour avoir une idée de la performance de STEF sur son cœur de métier, j’exclue donc l’activité maritime des résultats financiers dans le tableau suivant :
iSTEF3.jpg
On voit ici :
• Une progression moyenne du CA de 4,5 % par an
• Une tendance clairement haussière sur l’EBIT avec un niveau record atteint en 2021 à 5,1 %.
• Cette même tendance haussière sur le RNC avec un record de 3,6 % en 2021.

Le groupe STEF est donc en train d’optimiser sa structure et de capitaliser sur l’acquisition de Nagel pour améliorer son levier d’exploitation, dans des proportions tout à fait remarquable pour son business.

Ce magnifique travail est en partie caché par les problèmes à répétition de La Méridionale, devenu un boulet pour le groupe. En plus la branche maritime immobilise plus de capitaux que le reste de l’activité. En 2021, pour dégager 1 € de CA, STEF avait besoin de 0,85 € d’actif. Pour le maritime, pour dégager 1 € de CA, La Méridionale mobilise 1,73 € d’actif. Le constat est simple : les bateaux coûtent plus chers que les camions, et ils rapportent moins.

Dans ce contexte, la possibilité de voir à nouveau la flotte de La Méridionale tourner à plein, dans des conditions économiquement viables changerait la donne. L’attente est donc très forte autour de la finalisation des discussions avec la Collectivité de Corse.

Malheureusement, le dossier, qui semblait bien engagé cet été, achoppe actuellement sur trois sujets épineux :

1. L’Union Européenne a son mot à dire pour valider le principe de délégation de Service Public pour la période 2023-2029. Et pour l’instant, Bruxelles ne s’est pas prononcé. L’incontournable Corse Matin, fait état du silence de l’UE sur ce dossier. Allez, Messieurs Dames de la Commission, un petit effort : le 1er janvier 2023 c’est pour bientôt et il serait correct que les différents acteurs concernés sachent sur quel pied danser.

2. Les négociations entre les deux acteurs pressentis pour la DSP et la Collectivité de Corse n’aboutissent pas. C’est le volet financier qui coince. L’exécutif corse trouve les opérateurs trop gourmands.

3. Derrière les questions sur le prix se cache la question de la prise en charge des hausses du carburant. Les opérateurs demandent à ce que ce poste soit transparent pour eux, avec une refacturation au coût payé. La Collectivité de Corse, qui n’a pas le budget nécessaire, voudrait un prix fixe… ou une rallonge de l’État français. C’est touchant de voir nos amis insulaires se rappeler qu’ils sont français (quand ils ont besoin d’argent). Et c’est encore Corse Matin qui explique ce problème.

Bref, l’affaire n’est pas encore entendue et les négociations risquent de durer jusqu’à la dernière minute. Dans ce dossier assez complexe, nous avons malgré tout deux certitudes. La première : il faudra bien que des bateaux assurent la desserte en l’Ile de Beauté et le continent à compter du 1er janvier. La deuxième : ce ne sera pas des bateaux de la compagnie Corsica Ferries.

RDV pour le dénouement d’ici quelques semaines, en espérant qu’il soit favorable à STEF.

Snowball

Avatar de l’utilisateur
les daubasses
Administrateur
20046
Messages : 4000
Inscription : 26/10/2019

Message par les daubasses » 25 novembre 2022, 08:54

Cours actuel : 84,50 EUR

Stef et Carrefour ont annoncé hier l'inauguration d'une plateforme logistique à Rungis. Stef a recruté 80 salariés en CDI pour ce projet. Cette plateforme multi-température d'une surface de 15 000 m2 compte 44 quais d'expédition. Elle présente une capacité de 15 000 références et une capacité de préparation de 185 000 articles par jour.

L'ouverture de cette plateforme renforce le partenariat historique entre les 2 groupes et permet à Carrefour de conforter sa position de leader sur la livraison à domicile en France.

---
Lien vers le communiqué :
Carrefour et STEF ont inauguré jour une plateforme logistique à Rungis
-- Chasseurs de décotes depuis 2008 --

Avatar de l’utilisateur
les daubasses
Administrateur
20046
Messages : 4000
Inscription : 26/10/2019

Message par les daubasses » 14 décembre 2022, 17:10

Stef a présenté son nouveau plan stratégique 2022-2026. Nous retenons notamment ces 2 points :

- l'ambition du groupe de réaliser un chiffre d'affaires de 5 Md EUR à fin 2026. Celui-ci était de 3,5 Md EUR en 2021 et devrait en toute vraisemblance dépasser les 4,0 Md EUR en 2022 (3,1 Md à l'issue du T3). Cet objectif suppose une hausse de l'activité d'environ 25% sur 4 ans, soit une croissance annualisée de près de 6%. Il existe donc manifestement un réservoir de croissance malgré une position déjà ultra dominante sur le marché européen.

- la volonté d'accélérer les investissements pour un transport et une logistique plus vertueuse. Le groupe prévoit notamment l'installation de plus de 400 000 m2 de panneaux photovoltaïques destinés à produire 20% de ses besoins en 2025. Il avait déjà annoncé que 10% de la consommation seront alimentés en énergie autoconsommée et bas carbone à partir de 2023.

Cette présentation était également l'occasion de faire un bilan du précédent plan (2017-2021) :

- consolidation du développement européen et implantation dans un 8ème pays (Royaume-Uni)
- mise en oeuvre d'une stratégie de spécialisation par domaine d'activité
- élargissement de la palette des savoir-faire au conditionnement industriel
- croissance du patrimoine de 3,4 millions de m3 (ce qui représente une augmentation des capacités de stockage de l'ordre de 40% en 4 ans) avec l'acquisition de 132 hectares de terrains


---
lien vers la présentation :
Stef - plan stratégique 2022-2026
-- Chasseurs de décotes depuis 2008 --

Avatar de l’utilisateur
Snowball
7789
Messages : 614
Inscription : 21/11/2019

Message par Snowball » 21 décembre 2022, 11:08

La Collectivité de Corse (CDC) examine aujourd’hui et demain la délégation de service public pour la desserte maritime de l’Ile au cours des sept prochaine années.

Corse Matin est exceptionnellement bien renseigné puisqu’il s’est procuré le rapport remis aux élus ce matin. Il y a dans ce dossier quelques confirmations, des éléments nouveaux et deux gros points d’interrogation.

Côté confirmations :

• Corsica Linéa et La Méridionale sont bien les deux seuls acteurs en lice.
• Les deux compagnies ont travaillé à une offre semi commune, parfois en concurrence sur telle ou telle desserte, mais parfois main dans la main pour proposer une offre unique… sans aucune alternative possible donc.
• Corsica Ferry est définitivement hors-jeu.

Côté nouveautés :

• Les tarifs sont revus significativement à la hausse. Je m’y perds un peu dans tous les chiffres du journaliste qui sont parfois contradictoires. Je vais donc rester sur la donnée la plus globale. Pour l’instant la desserte maritime de l’Ile coûte 92 M€ à la CDC. A compter du 1er janvier 2023, ce sera 106,6 M€. Une augmentation de 16 %.
• Les offres initiales des deux compagnies se montaient à un total de 145 M€. 4 tour de pourparlers ont été nécessaire pour ramener le budget demandé à 106,6 M€.
• Les rapporteurs proposent d’affecter les lots comme suit : Lot 1, Ajaccio-Marseille, attribué conjointement au deux compagnies ; Lot 3, Porto-Vecchio-Marseille, attribué à La Méridionale ; Les autres lots, Bastia-Marseille (2), Propriano-Marseille (4) et L’Ile-Rousse-Marseille (5) tous attribués à Corsica Linéa.
• Cela signifierait que La Méridionale perdrait la desserte de Propriano qu’elle assure depuis près de 40 ans. Dans le même temps elle assurerait une nouvelle liaison : Porto-Vecchio. Porto-Vecchio est environ quatre fois plus peuplée que Propriano. La liaison maritime représente-t-elle des volumes plus importants ?
• Les deux dessertes les plus importantes sont forcément Bastia et Ajaccio. La Méridionale assurera le service sur Ajaccio, conjointement avec Corsica Linéa. C’est déjà le cas depuis mars 2021. Impossible de savoir à ce stade si la répartition des rotations à venir sera plus favorable ou pas à La Méridionale.

Deux point d’interrogation qui demeurent :

• La CDC semble anticiper que Corsica Ferries va attaquer en justice le processus d’appel d’offres tel qu’il s’est déroulé.
• L’Union Européenne n’a semble-t-il toujours pas donné son feu vert pour le mode d’appel d’offre retenu par la CDC, la Délégation de Service Publique. En lisant entre les lignes on a même l’impression que l’UE a fait part de son désaccord mais que la CDC tente un passage en force sur le sujet. Sacré épée de Damoclès qui pèse sur cette consultation en tout cas.

A compter du 1er janvier 2023, les cartes seront rebattues pour la desserte maritime de l’Ile et les nouveaux attributaires vont pouvoir assurer les rotations, dans l’attente de potentiel recours en justice de la part du concurrent déchu, Corsica Ferries, ou même de l’Union Européenne, la façon de procéder n’étant pas conforme au droit communautaire.

Pour STEF et La Méridionale, le volume d’activité sera globalement inchangé, même si l’on peut espérer une légère augmentation. La hausse de tarifs devrait quant à elle contribuer à réduire le déficit de la branche maritime du groupe.

RDV dans deux jours, le 23 au matin, pour lire à nouveau Corse Matin et voir si les recommandations des rapporteurs ont été adoptées par les élus.

Snowball

Viga
2456
Messages : 503
Inscription : 16/08/2020

Message par Viga » 21 décembre 2022, 11:29

D'après la page personnelle (mais qui semble avancer des chiffres récents et renseignés) http://mapage.noos.fr/croussel/ire/corsosard2021.html , le traffic passager à Porto Vecchio représenterait en 2021 8% du traffic passager de l'île alors que Propriano ne représentait que 2%.

Par contre, le choix des bateaux semble crucial comme le fait remarquer l'auteur avec une petite pique dirigée contre La Méridionale :
Porto Vecchio-Marseille, +106%, se hisse ainsi au 20ème et dernier rang du classement avec 71 000 voyageurs saisonniers, à la faveur de la substitution de navires de Corsica Linea à plus forte capacité passagers (Jean Nicoli notamment) au navire employé en 2020 sur cette liaison par La Méridionale (le Piana), et grâce aux rotations supplémentaires opérées pendant l'été 2021 par la compagnie aux bateaux rouges sur cet axe

Avatar de l’utilisateur
Xenos
661
Messages : 71
Inscription : 03/10/2020

Message par Xenos » 21 décembre 2022, 12:38

Bonjour à tous,

D'après Le Figaro, qui reprend une dépêche AFP, le rapport sur la DSP aurait été adopté hier mardi par l'Assemblée de Corse, par 32 voix sur 63.

On se dirige donc vers une répartition:
- Ajaccio-Marseille: attribué conjointement à La Méridionale et Corsica Linéa pour une rotation journalière avec un soir sur deux pour chaque compagnie;
- Porto-Vecchio-Marseille: attribué à La Méridionale ;
- Bastia-Marseille, Propriano-Marseille et L’Ile-Rousse-Marseille: attribués à Corsica Linéa.

Le coût annuel pour la Collectivité passerait à 106,7 millions d'euros, contre 93 millions d'euros pour la Délégation de Service Public en cours.

Sur l'accord de l'UE, ce n'est pas très clair. Gilles Simeoni, président du conseil exécutif de Corse aurait également assuré avoir «sécurisé autant que nous le pouvions» avec la Commission européenne cette DSP, rappelant que l'instance européenne, très attachée au respect du droit de la concurrence, n'était pas convaincue de l'utilité d'un service public maritime au début des négociations".

Il y a une différence entre obtenir l'accord de la Commission et "sécuriser autant que possible". :-)

Ce n'est donc pas encore le grand soir pour La Méridionale et Stef.

Xenos

Tombouba
611
Messages : 89
Inscription : 10/11/2019

Message par Tombouba » 21 décembre 2022, 23:31

Bonjour,
Pour information, vous trouverez ci-dessous un article paru dans les échos qui évoque le pied de facture gasoil.

Des PME de l'alimentaire dénoncent les tarifs des transporteurs

Denis Fainsilber
Un collectif de petites entreprises a tenté en vain un dialogue avec les transporteurs pour réviser les « surcharges carburant ». Seul recours, déposer un dossier au ministère des Transports et à la DGCCRF.

Depuis la flambée du prix du gazole et du gaz GNL, le dialogue tourne à l'aigre entre les PME françaises de la transformation alimentaire et leurs grands transporteurs, qui appliquent à leurs clients d'importantes « surcharges carburant » en bas de toutes leurs factures.
Après une tentative de dialogue infructueuse avec leurs plus grands transporteurs au sujet de la méthode de calcul de cette majoration, un collectif de chargeurs envisage de saisir dès janvier le ministère des Transports pour arbitrage, ainsi que la DGCCRF, selon nos informations. Même si partir au clash contre les transporteurs les fait réfléchir à deux fois, sur le thème du combat de David contre Goliath.
« Cette surcharge carburant représente aujourd'hui entre 20 % et 40 % de majoration. Sur un poste transport qui pèse 10 % du chiffre d'affaires des PME, ça représente pour elles 2 à 4 % de marge d'exploitation », détaille Luc Vignaux, un consultant en logistique pour ce secteur, qui dénonce « des irrégularités » dans le calcul de la surtaxe.
Les PME plus fragiles sur le transport

Les 3.500 PME françaises de production et transformation agroalimentaire, majoritairement basées dans le Grand Ouest, représentent 45 % du chiffre d'affaires du secteur, selon le ministère de l'Agriculture. Elles sont beaucoup plus fragilisées par le volet gazole que les plus grandes entreprises tricolores, qui sont organisées différemment.
« Le poids moyen des livraisons des PME est seulement de 120 kilogrammes. C'est de l'épicerie et on ne peut pas massifier. Dans le secteur des produits frais, il faut livrer en flux tendu, d'où des contraintes et coûts logistiques élevés », décrit Luc Vignaux. Les PME font appel à des transporteurs spécialisés dans la messagerie/groupage sous température dirigée, et les acteurs ne sont pas légion (Stef, Delanchy, STG et quelques transporteurs régionaux).
Depuis une loi de janvier 2006, les transporteurs peuvent certes ajuster leur prix « en pied de facture » en fonction de l'évolution du prix du baril. Un mécanisme que ne contestent pas les chargeurs dans son principe, et qui bénéficient des baisses le cas échéant.
Mais ce travail repose sur les indices publiés par le Comité national routier (CNR), surtout constitué de transporteurs, à l'exclusion des chargeurs. Ce dernier estimait récemment que la flambée des coûts de l'énergie en 2022 avait représenté +47,7 % pour l'indice gazole professionnel.
Maldonne sur l'assiette de calcul

« Les taux ne sont pas justes, le CNR ment par omission », s'élève Luc Vignaux, qui pointe un non-respect du cahier des charges ministériel. Chez les transporteurs, selon lui, beaucoup d'activités ne sont pas concernées stricto sensu par la surcharge carburant (informatique, immobilier, passage à quai, etc.). « Il y a maldonne sur l'assiette de calcul de la surcharge. Le CNR fait foi, mais quand on applique 40 % de surtaxe carburant, la réalité devrait être de +20 % », ajoute-t-il.
Par ailleurs, les petites sociétés de l'alimentaire n'ont jamais vu la couleur des diverses aides de l'Etat aux transporteurs. Dont la remise sur le gazole, abaissée de 25 centimes le litre à 8 centimes à la mi-novembre, ou le plan de résilience de 400 millions débloqués en mars pour les transporteurs routiers. Un point de friction à l'heure où le transport constitue pour les PME concernées le deuxième poste de charges, après les salaires mais avant les matières premières.
Au siège du CNR, simple observatoire économique rattaché au ministère des Transports, on se refuse à jouer les juges de paix. « Un grand principe est la liberté des parties sur les modalités entre les cocontractants. Aux parties de négocier, elles ne sont pas enfermées dans un système par défaut si cela ne leur convient pas », explique Alexis Giret, le directeur général du CNR.
Plus que le prix du pétrole, qui est incontestable, les débats entre experts portent surtout sur la pondération, soit la part relative du gazole dans le coût de transport (22,6 % actuellement, contre 18,9 % en 2019). « Mais chaque transporteur peut négocier des choses pour son cas particulier, sur ce sujet de la pondération. »

Richy
133
Messages : 17
Inscription : 06/08/2020

Message par Richy » 28 décembre 2022, 19:38

Acquisition en Italie :

https://m.zonebourse.com/cours/action/S ... -42628703/

---
Ajout du communiqué :

"A la suite d’une première prise de participation minoritaire fin 2021, STEF annonce ce jour l’acquisition par sa filiale en Italie, STEF FROZEN ITALIA, du solde du capital de la société INTERMEDIA, société italienne tête du groupe de transport et de logistique SVAT.

SVAT est un opérateur de référence sur le marché du surgelé en Italie et opère un réseau constitué de 4 sites sous température dirigée.
Le siège de la société est situé à Nogarole Rocca, près de Vérone, dans une zone industrielle et logistique en plein développement où la société possède et exploite un entrepôt frigorifique.

Le Groupe SVAT emploie environ 240 salariés et a réalisé en 2021 un chiffre d’affaires de 69 M€. L’opération permet à STEF de renforcer son leadership dans le surgelé en Italie, notamment en transport.
"

Bn
833
Messages : 237
Inscription : 11/11/2019

Message par Bn » 11 janvier 2023, 16:36

STEF change le DG de sa filiale La Méridionale, filiale en charge du transport coté de la méditerranée (Marseille, Corse, Maroc)
Le nouveau DG est un ancien DG de la SNCM, donc ça devrait aider.
De mémoire il s'agit de la seule filiale en déficit, donc si ce nouveau DG fait du bon travail, ça devrait revenir au vert !

Source:
https://www.corsenetinfos.corsica/La-Me ... 68935.html

Ouest France titre sur une restructuration sévère, mais je n'ai pas accès à l'article sous abonnement:
https://lemarin.ouest-france.fr/secteur ... nale-46000
Blog: https://lacotefrancaise.substack.com

bibike
6113
Messages : 1191
Inscription : 10/11/2019

Message par bibike » 26 janvier 2023, 19:09

Stef publie son chiffre d'affaires annuel à 4.264.2 B€ vs 4.153 B€ sur le consensus ZoneBourse (+2.7%).
C'est à dire une croissance annuelle de +21.6% dont 14.2% à périmètre constant.

Après un T3 en croissance de 21.1% dont 13.4% organique, le T4 délivre 1136.7 M€ en croissance de 19.7% et 12.6% organique.
caannuell 2022stef.JPG
caannuell 2022stef.JPG (59.6 Kio) Consulté 1919 fois
Le groupe nous informe d'une légère érosion des volumes en Europe au T4.
C'est le cas sur le frais France depuis mi 2022 (cause inflation qui ralentit la demande GMS et e-commerce).

International, sur le trimestre 51 M€ de contribution CA de la société Langdons acquise il y a un an.
La Suisse profite de la contribution de l'acquisition FrigoSuisse.
L'Italie est fortement touchée par les baisses de volumes.

Résultats annuels le 9 mars.

ZoneBourse prévoit 3.15% de marge nette, anciennement 131 M€ ou 134 M€ sur le CA publié.
Le S1 a délivré 3.27% mais bénéficiait de quelques MEUR de PV de cession d'immobilière.
Capi de 1.25 B€ ça donne un PE de 9.3. Moyenne à 10.3 sur ZoneBourse sur 13 ans = +11% à prendre pour rattraper ce multiple.
A suivre, pas d'avis sur le niveau de marge à attendre.
IB https://ibkr.com/referral/etienne815
Saxo https://urlz.fr/l9Hh
Bourso ETPL4810
Fortuneo 12470190

Roudour
38
Messages : 2
Inscription : 21/07/2020

Message par Roudour » 08 février 2023, 15:52

La Meridionale va etre vendue a la CMA-CGM.

Source:
https://www.francelive.fr/teaser/ouest- ... e-7863865/

bibike
6113
Messages : 1191
Inscription : 10/11/2019

Message par bibike » 09 février 2023, 08:51

Ce n'est pas officiel pour le moment, stade préliminaire.

Cf les deux derniers slides show, disons que ça crame 20 M€ de ROC en année pleine comme en 2021 (19 et -13.8 au S1 2022).
La boite se paye 10 fois le RN historiquement (ZoneBourse).

Donc disons que la cession, permettrait de remonter le RN de 20 M€ - 25% d'IS = 15 M€. Donc on peut approximer que cela vaut au moins 150 M€ de capi en plus à multiple équivalent.
Il y a 12.387 titres = 12.10 € par action.

Sans compter le cash qui rentrerait de la cession, ni de l'éventuelle dette qui disparaitrait.

98 € avant l'annonce + 12 € = 110 €.

Sachant qu'en améliorant la marge nette de l'ensemble peut-être qu'on aurait droit à des multiples un peu plus élevés (11 ou 12 fois le RN?).

Bref c'est vite fait à l'arrache mais cela m'aide à mettre en perspectives (un peu).
IB https://ibkr.com/referral/etienne815
Saxo https://urlz.fr/l9Hh
Bourso ETPL4810
Fortuneo 12470190

Avatar de l’utilisateur
Franck des daubasses
7962
Messages : 990
Inscription : 07/04/2021

Message par Franck des daubasses » 09 février 2023, 09:35

Roudour a écrit :
08 février 2023, 15:52
La Meridionale va etre vendue a la CMA-CGM.

Source:
https://www.francelive.fr/teaser/ouest- ... e-7863865/
Merci à vous d'avoir déniché cette information et de l'avoir partagée à la communauté. Surtout avant le communiqué officiel de STEF !
Je souhaitais renforcer cette ligne et je n'ai pas hésité à la lecture de cette nouvelle (sous les 100 EUR après votre message) : si STEF se sépare de ce foyer de pertes, c'est positif pour la profitabilité du groupe. On gagne aussi en visibilité en se recentrant sur le cœur de métier : la logistique !

A noter au passage que CMA-CGM est vraiment partout suite à leurs profits records... La division fret d'Air France, acquisition d'actions M6, ... On ne peut pas dire qu'ils dorment sur leur cash ! A voir ensuite si CMA-CGM ne s'éloigne pas trop de son cercle de compétence. Mais ça, c'est leur histoire.
bibike a écrit :
09 février 2023, 08:51

(...)

Sans compter le cash qui rentrerait de la cession, ni de l'éventuelle dette qui disparaitrait.
Possible dans ce genre de transaction que ce soit STEF qui paie l'acquéreur pour reprendre ces actifs moribonds.
Donc à mon avis, ne pas trop compter sur une potentielle entrée de cash si cession il y a.
Retrouvez toutes mes transactions et positions : dans mon portefeuille

Avatar de l’utilisateur
AntonyP
7337
Messages : 1199
Inscription : 27/08/2021

Message par AntonyP » 10 février 2023, 09:44

Article du JMM du 08/02/2023 sur la Méridionale (vue côté CMACGM)
" Choisissez les bonnes valeurs et le marché en prendra soin ", Peter Lynch

bibike
6113
Messages : 1191
Inscription : 10/11/2019

Message par bibike » 16 février 2023, 15:30

Nouvel article sur sur France 3 région à propos de cette cession et suite au CSE de lundi avec une petite info intéressante.
Reste donc à trouver les derniers accords pour fixer un prix de vente qui n’a pas été annoncé en CSE. Condition sine qua non à la transaction : le rachat par la CMA CGM de la dette de la Méridionale évaluée autour de 200 millions d’euros.
IB https://ibkr.com/referral/etienne815
Saxo https://urlz.fr/l9Hh
Bourso ETPL4810
Fortuneo 12470190

Avatar de l’utilisateur
les daubasses
Administrateur
20046
Messages : 4000
Inscription : 26/10/2019

Message par les daubasses » 17 février 2023, 14:25

Le cas de STEF sur Smart Bourse pour travailler son biais de confirmation :




> rappel historique
> présentation des métiers de STEF
> les objectifs à moyen terme
> le défi énergétique des entrepôts frigorifiques
> problématique de recrutement et de fidélisation des salariés
> position concurrentielle


=> pas d'objectif de cours, rien sur La Méridionale et, surtout, rien sur l'essentiel : la valeur du foncier et de l'immobilier (entrepôts)
-- Chasseurs de décotes depuis 2008 --

Benjamin
223
Messages : 71
Inscription : 10/11/2019

Message par Benjamin » 09 mars 2023, 18:31

Les résultats sont sortis.

CA = 4 264,2 (+22%)
ROP = 203,5 (+32%)
RN part du groupe = 146,4 (+33%)

La marge opérationnelle est en baisse à 4,7% contre 5,1% en 2021. Je trouve qu'elle a bien résisté face aux vents contraires actuels !

Ci-joint le communiqué.
Pièces jointes
2023-03-09-STEF-RESULTATS-ANNUELS-2022.pdf
(218.24 Kio) Téléchargé 22 fois

Répondre

Connexion

Statistiques

____ membres / 2 000 max (___ places disponibles avant la limite)

23460 messages • 989 sujets