Verde Agritech (NPK) -P

Anciennes actions de la Pirogue d'Okavongo
bibike
5710
Messages : 1144
Inscription : 10/11/2019

Message par bibike » 04 mars 2022, 17:41

IB https://ibkr.com/referral/etienne815
Saxo https://urlz.fr/l9Hh
Bourso ETPL4810
Fortuneo 12470190

Avatar de l’utilisateur
okavongo
7570
Messages : 1002
Inscription : 10/11/2019

Message par okavongo » 04 mars 2022, 18:21

Décidément tout s'accélère. Le monde a beaucoup changé en 15 jours. L'histoire de Verde n'a pas changé mais elle s'accélère.

Le dernier développement me semble montrer que le carnet de commandes de Verde se remplit à grande vitesse. Je ne les vois pas décider de construire une nouvelle ligne sans avoir de commandes fermes. Il confirme aussi (si besoin) la simplicité de l'exploitation de Verde. Creuser, broyer, mettre en sacs. La nouvelle tranche d'investissement est réduite. 13 m CAD, c'est vraiment peu et ce sera facilement finançable par les cash-flows et de la dette. Le plan P4G ne me paraît donc pas remis en cause.

Le temps est le facteur le plus contraignant. Pas de miracle de ce côté là. Doubler l'usine 2 va prendre du temps. L'augmentation de capacité va malheureusement arriver tard pour la saison 2022. Au vu des dernières nouvelles (voir juste au-dessus), je me risque à un scénario fiction. S'il s'avère que le Brésil ne peut pas se faire livrer de potasse de Russie ou Biélorussie : extraire de la glauconite et aller la broyer ailleurs au Brésil en attendant que l'usine de Verde soit pleinement opérationnelle pourrait être une solution. Je ne sais si c'est réaliste et possible. Ce serait de toute façon une solution extrême. Et un nouveau facteur positif pour Verde car alors le cours de la potasse sur le marché brésilien serait encore plus haut qu'aujourd'hui. Mais je n'en tiens pas compte pour le moment dans mes tentatives de valorisation.

Car pas besoin de fiction, la réalité seule peut faire notre bonheur. Avec une production de 2,8 millions de tonnes en 2023 (les 3 mt doivent tenir compte d'apports du genre soufre) et un cours cible de la potasse de 500 USD/t (contre 850 USD/t aujourd'hui), on peut compter sur un EPS de 2 CAD (basé sur la prévision de 0,5 CAD / action pour 700 000 t/an). Je néglige l'impact des investissements car je pense qu'il sera compensé par des économies d'échelle. Avec un PER cible de 10 cela donne un cours de l'action à 20 CAD pour 2023.

Si l'on réfléchit sur une base EV/EBITDA le résultat est différent. Avec 110 mCAD d'EBITDA (4 fois la prévisions 2022), un ratio EV/EBITDA de 7 (au pif pour essayer de tenir compte du potentiel de croissance), l'EV serait de 770 mCAD - 20 mCAD de dettes on peut estimer une capitalisation de 750 mCAD. Avec 50,26 millions d'actions le cours cible est à 14,8 CAD.

Les ratios sont plus élevés que ceux que j'utilise en général. Mais le potentiel de croissance reste incroyable (25 millions de t /an). Je suis donc finalement peut-être conservateur. Attention quand même car la croissance s'accompagne de risques opérationnels. La pirogue ayant pour mission de naviguer sur la partie facile d'un cours d'eau, la nouvelle cible de débarquement est fixée à 14,4 CAD (pour faire x20). A chacun de se fixer un objectif en combinant ratios, prévisions du cours de la potasse et valeur de la croissance. On peut aussi décider de se laisser porter par le courant sur le long terme ("coffee can"). Arriver à 14,4 CAD serait déjà magnifique pour la pirogue. Et débarquer Verde enlèverait un peu de pression au barreur. Car là on est quand même sur une sacrée vague. Pas si facile de garder la tête froide.

Dans un souci de transparence, je donnais jusqu'à maintenant mes décisions personnelles sur les différentes valeurs de la pirogue. Je ne le ferais plus car cela envoie des messages contradictoires (genre la pirogue débarque la valeur mais okavongo conserve) et a un côté "facile" (quoi qu'il arrive une des décisions sera la bonne). De plus, mes décisions sont influencées par des éléments qui me sont purement personnels comme la fiscalité ou la taille des lignes. Je trouve aussi que c'est bien de responsabiliser chacun et de rappeler que la pirogue est plus un laboratoire d'idées d'investissement qu'un portefeuille virtuel. Même si, pour mémoire, je détiens systématiquement à titre personnel toutes les actions de la pirogue ;)

Avatar de l’utilisateur
okavongo
7570
Messages : 1002
Inscription : 10/11/2019

Message par okavongo » 04 mars 2022, 18:44

Pour calmer (un peu) notre enthousiasme voici la toute récente dernière vidéo de Christiano Veloso. Churchill en maillot de foot, ça risque d'effrayer certains investisseurs, non ?


matdany
2117
Messages : 833
Inscription : 11/11/2019

Message par matdany » 04 mars 2022, 19:23

J'ajoute à la réflexion précédente d'okavongo et d'une manière moins rigoureuse que je ne souviens pas d'une valeur qui se retrouve dans une situation aussi exceptionnelle et il est vrai que l'importance de la ligne et de la plus value perturbe le raisonnement et donc autant pour moi que pour le forum, je refais un inventaire bien différent que celui de okavongo

Verde offre un produit qui a, selon le spécialiste, des qualités supérieures aux autres produits.

La production est simple et certainement moins coûteuse, si la production est simple.

Le brésil a t il un autre producteur d'engrais sauf verde ; je ne pense pas.

Le brésil a besoin d'énormément d'engrais selon ce que j'ai compris : exact ? oui je pense.

Le brésil importe énormément

Les exportations vont cesser venant de la Russie : n'étais ce pas le fournisseur du brésil : oui ? Si oui..... De toute façon la biélorussie est aussi concernée par les sanctions ; je me trompe ?

Si blocage des exportations que devient le prix ? A quel niveau va t il arriver ?

Les céréales vont manquer pendant la durée des sanctions

Le marché a découvert verde

Le brésil va ouvrir un autoroute à verde.

Plus les sanctions durent, plus c'est bon pour verde.

Conclusion : Je suis âgé mais une situation pareille est inédite. L'objectif de okavongo est situé entre 14 et 20 CAD et donc acheter à 8,8 CAD avec une hausse minimale de 60 % ( 14 CAD ) reste une bonne opération.

Que ferions nous si le site nous proposait une valeur avec un potentiel de 60 % : personnellement j'achèterai ce que j'ai fait aujourd'hui
En fait le raisonnement est perturbé par la ligne que je possède et la plus value potentielle, il faut oublier la ligne, le PRU très bas et penser comme pour un premier achat.

Attention, ce n'est pas un conseil, juste mon opinion.

Frirglish
56
Messages : 27
Inscription : 21/05/2021

Message par Frirglish » 04 mars 2022, 19:24

Pour ceux qui aime écouter l'anglais -->
Par John Kaiser, un de trois analystes qui suivent Verde...un peu de ses pensées sur les conséquences de la guerre en Ukraine et les plans d'expansion de Verde, et sur le tech en Agritech.

François L
337
Messages : 115
Inscription : 10/11/2019

Message par François L » 07 mars 2022, 08:06

Je viens de tomber sur cette nouvelles qui me semble intéressante pour les actionnaire de Verde... dont je ne fais pas partie... :?

Le Brésil souhaite réduire son importation de fertilisant de 25%. L'objectif est sur pas mal d'années mais je suppose que cela devrait aider à la visibilité locale de Verde et aussi à l'obtention de permit.
https://www.argusmedia.com/es/news/2305 ... sults=true

Cela date de février mais après avoir regardé les messages, il ne me semble pas que cela ait été posté ici. Si cela a été le cas alors je m'en excuse.

matdany
2117
Messages : 833
Inscription : 11/11/2019

Message par matdany » 07 mars 2022, 09:49

Verde devrait nous apporter du baume au coeur face à la chute généralisée. Voyez les cours des sociétés "engrais" australiennes qui ont bien montés cette nuit comme :

centrex : 15 %
ainsi que d'autres comme : Australian Potash 10 %

ftdm2010
11
Messages : 3
Inscription : 29/06/2021

Message par ftdm2010 » 09 mars 2022, 14:09

Ukraine war forces Norway’s Yara to cut fertiliser output as gas prices soar

Emiko Terazono in London

The surge in European gas prices on the escalation of the conflict in Ukraine has forced Norwegian fertiliser company Yara to temporarily reduce production at two plants in Italy and France.

Soaring prices for gas, a source of nitrogen fertilisers such as ammonia and urea, which are crop nutrients, are expected to lead to closures of further fertiliser makers in Europe, adding to more pain for farmers who have seen their costs jump due to the conflict.

Russia is a main exporter of nitrogen fertilisers as well as phosphates and potash. Belarus, its ally, is also a large potash exporter. Analysts at JPMorgan said that coupled with the surging EU gas market, global fertiliser prices were likely to revisit their historical peaks.
Source: Financial Times

Bonne nouvelle pour Verde?

Avatar de l’utilisateur
okavongo
7570
Messages : 1002
Inscription : 10/11/2019

Message par okavongo » 09 mars 2022, 18:45

Non. Car pour Yara il s'agit à priori d'usines d'engrais azoté. Pour mémoire, les 3 principaux engrais : NPK N Azote - P Phosphate - K potasse). Ces engrais sont complémentaires mais pas substituables entre eux.

Les engrais azoté industriels, correspondant au N, sont fortement corrélés au prix du gaz. On peut comprendre qu'en ce moment cela pose problème dans les pays où le prix du gaz est élevé. Ce n'est pas le cas de la potasse. A part pour le SOP (sulfate de potasse) qui lorsqu'il est produit selon le procédé Mannheim semble assez énergivore. Mais le gros du marché c'est le MOP (muriate de potasse).

Pour rappel, Verde n'a besoin que d'une chose : des commandes. Et l'année d'après de nouvelles commandes de la part des mêmes clients (c'est important) et de nouveaux clients. Cela montrerait que le K Forte est un super produit accepté par les agriculteurs. Le reste, y compris le cours le potasse, ne joue que sur la vitesse à laquelle la thèse va se dérouler. Bon ça joue aussi sur le cours de l'action. Mais de ce coté là, c'est mieux de prendre un peu de recul vu la violence des mouvements quotidiens. Nous jouons maintenant avec des acteurs différents, aficionados de l'analyse technique par exemple. C'est la rançon du succès :)

Avatar de l’utilisateur
les daubasses
Administrateur
18358
Messages : 3857
Inscription : 26/10/2019

Message par les daubasses » 10 mars 2022, 10:17

Pour compléter sur Yara et le lien gaz - produits azotés : L'envolée du prix du gaz compromet la production des engrais en Europe | RFI

Yara donne peu de détails, l’entreprise annonce juste qu’elle va réduire temporairement l’activité de son usine au Havre en France et celle de Ferrara en Italie, en raison de la flambée du prix du gaz. Ce dernier représente en effet 90% des coûts de production des engrais minéraux. L’entreprise norvégienne a déjà réduit sa production provisoirement pour les mêmes raisons en septembre dernier.

(...)

La Russie est un grand fournisseur d’engrais azotés pour l’Union européenne, le pays assure 30% des besoins de l’Union
. Par ailleurs, la Russie est un acteur incontournable : sa production représente un quart des échanges mondiaux. Une réduction, voire une rupture des approvisionnements russes, est tout à fait envisageable.
-- Chasseurs de décotes depuis 2008 --

Avatar de l’utilisateur
les daubasses
Administrateur
18358
Messages : 3857
Inscription : 26/10/2019

Message par les daubasses » 10 mars 2022, 16:24

La Russie suspendrait (à confirmer) ses exportations d'engrais vers les pays "non amis".

Voici la liste :


Canada
the United States
member states of the European Union
the United Kingdom, including Jersey, Anguilla, the British Virgin Islands and Gibraltar
Ukraine
Montenegro
Switzerland
Albania
Andorra
Iceland
Liechtenstein
Monaco
Norway
San Marino
North Macedonia
Japan
South Korea
Australia
Micronesia
New Zealand
Singapore
Taiwan


Le Brésil n'est pas dans cette liste.


Source : Russia to temporarily suspend exports of fertilizers
-- Chasseurs de décotes depuis 2008 --

Avatar de l’utilisateur
les daubasses
Administrateur
18358
Messages : 3857
Inscription : 26/10/2019

Message par les daubasses » 14 mars 2022, 17:18

L'entreprise brésilienne continue son travail marketing à l'attention des investisseurs à travers sa newsletter de février.


Parmi des données déjà connues, celles concernant l'évolution du nombre de clients par année est assez parlante de la croissance et des prises de marché de Verde Agritech sur la période de 5 ans (2017 - 2021) :

Verde Agritech_Nbre clients par année - 2017 à 2021.png
-- Chasseurs de décotes depuis 2008 --

Avatar de l’utilisateur
les daubasses
Administrateur
18358
Messages : 3857
Inscription : 26/10/2019

Message par les daubasses » 17 mars 2022, 10:37

Nouvel article RFI consacré aux engrais : Flambée du prix des engrais: inquiétude des grands pays agricoles


Dans cette crise, ce serait étonnant que Verde Agritech ne prenne pas durablement de grosses parts de marché.

Extrait :
L’Inde, le Brésil ou encore le continent africain particulièrement vulnérables

La crise pénalise les fabricants d’engrais tels que l’Office chérifien des phosphates, au Maroc et par ricochet leurs clients. L’OCP se fournit habituellement en potasse russe et biélorusse pour fabriquer le NPK, un engrais vendu notamment à plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest (Bénin, Togo, Mali, Sénégal). L’OCP sera donc peut-être demain contraint de se concentrer sur la production d’engrais phosphatés au détriment du NPK. Le Brésil qui importe chaque année 12 millions de tonnes de potasse, se fournit pour moitié en Russie habituellement. D’où le désespoir d’importateurs aujourd’hui qui ne savent plus vers qui se tourner. Même préoccupation en Inde l’autre gros importateur d’engrais qui vient d’augmenter ses achats au Canada, en Israël et en Jordanie pour répondre à ses besoins évalués à 30 millions de tonnes selon le gouvernement.
On le sait nous : vers Verde Agritech ! ;)
-- Chasseurs de décotes depuis 2008 --

Julien Col.
1024
Messages : 137
Inscription : 11/11/2019

Message par Julien Col. » 17 mars 2022, 18:40

Décidément, le secteur des engrais est à la mode:
Les prix des engrais à des records, autour de 1.000 dollars la tonne pour la potasse à destination du Brésil ou pour l’urée dans le port de la Nouvelle-Orléans.

La guerre en Ukraine donne le coup de grâce à l'offre d’engrais, déjà raréfiée par l’envolée des prix de l’énergie. Le chimiste a besoin de l’hydrogène « H » contenu dans le gaz naturel « CH4 » pour fabriquer de l’engrais azoté, le plus utilisé au monde. La Russie, premier exportateur de fertilisants devant la Chine et le Canada, a interdit leur exportation. Sur les marchés, les prix de l’urée ou de la potasse ont atteint des records, de même que les actions des producteurs d'engrais nord-américains. La Bourse comme système d'alarme avant, peut-être, une crise alimentaire sans précédent.
L'article a une portée plus générale puisqu'il traite également de la hausse des coûts de production ainsi que d'une possible pénurie de produits agricoles.

A noter au dernier paragraphe, un petit tour d'horizon des valeurs liées au secteur des engrais (CF Industries, Nutrien, K+S, Mosaic et Yara). Aucune mention de Verde :roll:
"Acheter aux pessimistes, vendre aux optimistes"

Avatar de l’utilisateur
les daubasses
Administrateur
18358
Messages : 3857
Inscription : 26/10/2019

Message par les daubasses » 22 mars 2022, 15:03

Cours actuel = 8,96 CAD


Publication du T4 ce jour + résultats annuels 2021.
Lien vers le communiqué (Yahoo Finance) : Verde’s Q4 Sales by Volume Grow 137% Driving 2021 Net Profit Growth to 540%


Malgré des prévisions 2021 revues 2x à la hausse, elles sont quand même dépassées. C'est fort !


A noter que pour 2022, Le management table sur un EBITDA annuel de 28,4 M CAD pour une capitalisation actuelle de 439,4 M CAD. Pas incroyable.
Mais... Dans les hypothèses retenues, le cours de potasse retenu pour ces prévisions est de 500 USD / t alors que le prix actuel dépasse 1000 USD / t :

Verde Agritech_Prévisions 2022 ajustées.png

Et... les volumes totaux sont attendus à 700 000 t alors que Verde a obtenu un permis permettant de monter jusqu'à 2 833 000 t !

Pour 2023, c'est encore une autre béchamel puisque là on vise clairement les 2 800 000 t.

A chacun de faire ses calculs en croix. D'y croire ou pas : est-ce que la potasse et les engrais en général vont continuer à rester à des niveaux aussi élevés ?
-- Chasseurs de décotes depuis 2008 --

matdany
2117
Messages : 833
Inscription : 11/11/2019

Message par matdany » 22 mars 2022, 16:42

Rien ne permet de croire que les prévisions les plus folles ne sont pas réalisables.

Cette société se trouve dans une situation que je n'ai jamais connue. Je rappelle qu'il est envisagé d'accorder des aides gouvernementales, qu'il est raisonnable de penser que toutes les autorisations de construction et de productions seront obtenues.

Je rappelle que le gouvernement veut réduire sa dépendance. Le cours peut subir quelques aléas, par exemple si le conflit se termine mais je suis persuadé qu'une tendance lourde est en marche sur les engrais et les céréales car l'arrêt du conflit ne devrait pas mettre fin aux sanctions.

Le retrait des troupes russes pourrait rendre les choses plus normales mais je n'y crois pas. Seul un renversement de régime le pourrait.

Il faut aussi intégrer plusieurs éléments dont on parle peu

Changement climatique
augmentation de la population mondiale

production de bio dans nos pays : moins 50 % de production

volonté chez les occidentaux de supprimer des "produits" dangereux pour la santé : incidence sur la production.

et surtout

changement alimentaire des pays comme la chine qui veulent se nourrir comme nous.

Si vous le pouvez, donnez moi un élément qui pousse à la baisse des prix.

Personnellement, je ne bouge pas avant un cours à 20 CAD ; le seul élément perturbateur est le montant de la plus value : mon PRU : 3,1 CAD
j'ai encore racheté.

Avatar de l’utilisateur
okavongo
7570
Messages : 1002
Inscription : 10/11/2019

Message par okavongo » 23 mars 2022, 12:32

Cours = 8,40 CAD
matdany a écrit :
22 mars 2022, 16:42
Si vous le pouvez, donnez moi un élément qui pousse à la baisse des prix.
Personnellement, je ne bouge pas avant un cours à 20 CAD ; le seul élément perturbateur est le montant de la plus value : mon PRU : 3,1 CAD
j'ai encore racheté.
Le cours de la potasse de 1000 USD / tonne ne me semble pas tenable dans le temps (hors forte inflation généralisée). Si vraiment le Brésil se prive dans la durée (loin d'être acquis) de la potasse russe et biélorusse alors d'autres capacités vont éclore. Au Canada (BHP devrait finir de construire Jansen). Et aussi au Brésil avec Autazes en Amazonie. J'ai parfois l'impression que ce projet Autazes justifie à lui seul le plan engrais du Brésil. Comme un prétexte pour changer les lois et piétiner les droits des indiens.

Si les cours de la potasse baissent alors cela va impacter aussi le cours de Verde. L'avantage avec Verde c'est que l'augmentation des volumes peut compenser. Ça va être une course-poursuite entre les 2. Et Verde appuie à fond sur l'accélérateur. A court terme avec la hausse de la capacité à 2,8 millions de tonnes par an. Et à long terme :
Verde_50.png
La nouvelle pré-étude de faisabilité (! étonnant d'être encore en pré-étude...) va passer à une capacité maximum de 50 millions de tonnes / an (au lieu de 25 en 2017). Ça représente 63 % de la consommation actuelle de potasse au Brésil ! Je ne sais pas quoi en penser. Cela me semble trop ambitieux pour une forme assez particulière de potasse. Avec ses avantages, mais aussi ses inconvénients (concentration 6 fois plus faible que la potasse "classique"). Je pense qu'atteindre une telle cadence ne peut se faire qu'avec le soutien du gouvernement et de toute la filière agro pour sortir des sentiers battus. Le Brésil l'a fait pour l'éthanol. Un scénario est-il possible pour la potasse de Verde ? Je ne sais pas. Ce serait par contre renoncer à un potentiel premium par rapport à la potasse « classique ». Certes le marché brésilien ne semble pas mûr pour un produit haut de gamme. Contrairement à l'Amérique du Nord où le Greensand est vendu très cher (marché de niche). Mais je crois que je préférerais un plan avec par exemple 20% du marché brésilien, une gamme plus complète (BAKS pèse déjà 10% des ventes) et un prix de vente avec premium vu les qualités du K Forte. Christano ne nous demandera pas notre avis. Et si je trouve cette course en avant un peu « too much », elle est à l'image du personnage. Vu le chemin parcouru on ne peux pas lui reprocher.

A ce stade je ne compte sur une production de 50 mt/an. Bon pour la part du rêve, une potasse à 1000 USD / t et une production de 50 m/t par an valorise l'action à 142 CAD l'action avec un PER de 4... Mais à 250 USD/t (prix retenu dans les prévisions 2021 de Verde), ça change la donne...

C'est vrai que la situation de Verde est assez incroyable. Plus les objectifs deviennent ambitieux plus l'action paraît bon marché. Mais il ne faut pas oublier que les risques d'exécution augmentent avec les ambitions et que les cours de la potasse ne vont pas monter jusqu'au ciel. Ce dossier est très difficile à valoriser. J'ai l'impression que plus que jamais chacun devra faire des choix en fonction de ses critères personnels. Entre peur et cupidité. Entre volonté de sécuriser ses gains et goût pour l'aventure et le risque. Et en fonction aussi de son process par rapport à la taille d'une ligne ou de la fiscalité. On peut finir par se mordre les doigts de différentes façons avec une histoire comme celle-ci. En ne profitant pas à fond de "l'investissement d'une vie" ou au contraire en voyant au final fondre sa boule de neige pour avoir penser que "cette fois-ci c'est différent" et en ne respectant pas son process...

Coté pirogue, l'objectif de débarquement reste inchangé à 14,40 CAD.

matdany
2117
Messages : 833
Inscription : 11/11/2019

Message par matdany » 23 mars 2022, 15:44

Il est bien de tempérer un enthousiasme qui pourrait se révéler dangereux et j'en tiendrai compte parce qu'une prise de risque excessif avec une telle ligne serait une grosse bêtise.

Sans flagornerie, il est important d'avoir l'avis du spécialiste.

Néanmoins, je pense que, pour les détenteurs d'une grosse ligne, il est possible de se prémunir d'une éventuelle catastrophe en plaçant par exemple plusieurs ordres.

Il est aussi possible d'alléger la position en tenant compte du cours mentionné de 14,4 CAD.
Se tenir informé du marché des engrais et de l'évolution des sanctions est aussi quasi inutile à rappeler.

Néanmoins, je crois qu'un renversement de tendance du cours des engrais ne devrait pas se produire avant un cessez le feu.

Et comme rappelé dans le précédent message, à chacun de prendre ses décisions.

matdany
2117
Messages : 833
Inscription : 11/11/2019

Message par matdany » 24 mars 2022, 09:49

J'ai examiné à nouveau le sujet ; la ligne le justifie.

Deux questions ; je n'ai pas trouvé.
Le K Forte quel est la différence prix par rapport à un engrais "normal" ?
Quelle est l'importance des réserves de Verde ? Une production de 25 millions est elle réaliste ? Bien que cela semble acquis dans les propos de Okavongo.

Sur BHP ; la mise en production demande 5 ans : un démarrage en 2026 semble possible.
La production mondiale devrait passer de 76 millions de tonnes à 105 millions en 2040. Exact ??

Pour Forbes et Manhattan ; un seul article en Mars 2022 qui ne dit pas grand chose, sauf une volonté d'indépendance du Brésil.
Le site "Potassiodobrazil" sur Forbes n'est pas accessible.
La mise en exploitation demande une décision de justice ( protection des indiens)
Le projet semble immobile.

Nous avons du temps, mais pas mal de petites sociétés se lancent sur le secteur. Type : agrimin. Et donc, le prix de production est aussi important.
Quels sont les producteurs les moins chers ? Un producteur capable de battre Verde en matière de prix ? Mais s'ajoute les coûts de transports ; cfr centrex en Australie. Verde est sur place.

En résumé, il me semble nécessaire de rappeler les évidences

Le prix du produit Verde est il assez cher pour favoriser la concurrence ? La hausse des ventes de Verde semble plutôt rassurante.
Le cours des produits est essentiel ; mais l'arrêt du conflit pourrait provoquer une baisse des cours. L'élément déterminant sur le cours devrait être surtout l'arrêt des sanctions.

Je crois que l'élément déterminant sur le cours est bien l'arrêt des sanctions ; sanctions qui ne devraient pas être supprimées avec l'arrêt du conflit.

Je conclus : nous avons le temps et aucune raison de vendre rapidement.

PS : j'ai valorisé ma ligne à un cours de 14,4 CAD et cela fait peur ; en fait garder jusque 20 CAD, je ne crois pas y arriver. Le rappel à la réalité était bien nécessaire (Okavongo).

Avatar de l’utilisateur
okavongo
7570
Messages : 1002
Inscription : 10/11/2019

Message par okavongo » 24 mars 2022, 14:23

Quelques réponses :
  • Verde vend son K Forte au prix de la potasse. Les qualités supplémentaires (nutriments, absence de chlorure, etc) ne sont pas valorisées. Mais l'inconvénient du volume (6 fois plus qu'une potasse classique) ne vient pas non plus pénaliser le prix de vente.
  • Les réserves ne sont pas vraiment un sujet (36 ans à 25m/t par an). Elles sont donc très importantes et pourraient je pense être encore étendues si besoin.
Verde est sans aucun doute un producteur low-cost. Mais du fait du volume les frais de transports sont importants (beaucoup plus que l'extraction et le traitement). Heureusement que nous sommes proches des clients. Les autres sources d'approvisionnement sont plus lointaines et donc cela a un coût. Heureusement pour eux, leur potasse est plus concentrée. Les producteurs biélorusses et russes me semblent être les plus low-cost de la potasse classique. C'est Uralki qui avait cassé le cartel de la potasse en 2014. Les prix bas des dernières années bloquaient les nouveaux projets. Comme celui de BHP au Canada. J'ai vu aussi que Vale a un projet à l'arrêt en Argentine.

Verde ne risque pas de faire faillite vu son faible coût d'extraction. Mais la valorisation de l'action dépend directement du prix de la potasse. Avec une potasse à 1000 USD/t le cours de l'action me semble très faible. Mais à l'image de Mr Market je ne crois pas ce prix de potasse tenable sur le long terme. Je suis donc à l'aise avec l'objectif de 14,40 CAD de la pirogue mais au-delà c'est une autre histoire. C'est moins évident (mais tentant).

A titre personnel, je ne sais pas encore ce que je ferais dans la zone des 15 (si on y va). Ça dépendra de facteurs personnels, du cours de la potasse et de l'opérationnel à ce moment là. Ce qui est confortable, c'est que malgré la hausse du titre je n'ai pas l'impression que le titre soit à la mode. Les ratios de valorisation 2023 sont très raisonnables (PER de 2 avec une potasse à 1000 USD/t et de 4 avec 500). Pour mémoire, Verde a déjà été à la mode. En 2011, le cours a dépassé les 10 CAD. Pourtant le dossier n'avait rien à voir à ce qu'il est aujourd'hui. En terme d'avancement, mais aussi de coût (à l'époque ils prévoyaient de produire à grands coûts de la "ThermoPotash"). C'est ce qui est vertigineux avec Verde. Je n'ai pas l'impression que le cours de l'action repose sur du vent. Bon il repose quand même sur un cours élevé de la potasse. Mais pas seulement.

Je m'interroge aussi sur une éventuelle OPA. Construire une étude de faisabilité avec 50 mt/an pourrait aller dans le sens de valoriser au mieux Verde. Pour une vente ?

matdany
2117
Messages : 833
Inscription : 11/11/2019

Message par matdany » 25 mars 2022, 18:31

Venant de seekingalpha et traduit en français : parution ce jour. Attention quelques coquilles de traduction ou références à des graphiques manquantes

Auteur : By: Manuel Paul Dipold

Résumé

Verde produit des engrais sans salinité et sans chlorure fabriqués entièrement au Brésil, sans dépendre des chaînes d'approvisionnement internationales.
Lorsque les prix mondiaux des engrais augmentent, cela permet à Verde d'augmenter ses prix et encourage les agriculteurs à changer.
Les développements des ventes et de la fidélisation de la clientèle indiquent un avenir positif. De plus, un permis pour l'augmentation de l'exploitation minière de potasse vient d'être approuvé.
Si les prévisions du BPA 2022 de la société se matérialisent, l'action est toujours bon marché malgré un rallye de 400 %.
Dans le contexte de la crise mondiale des engrais, Verde Agritech PLC (OTCQB:AMHPF, TSE: NPK), une société opérant au Brésil, attire de plus en plus l'attention. Le cours de l'action a déjà explosé, mais à mon avis, c'est toujours une excellente opportunité, car à peu près tout indique une direction positive : forte croissance, hausse des prix de vente due aux crises mondiales, localité, et donc indépendance dans l'approvisionnement des clients brésiliens. Le PDG détient 19 % des actions, et la société serait également un invité bienvenu dans n'importe quel FNB ESG, car son produit est nettement meilleur pour le sol que les engrais conventionnels.

Remarque : tous les chiffres de cet article sont en dollars canadiens car tous les documents dans les relations avec les investisseurs de la Société sont en dollars canadiens.
Qu'est-ce qui distingue Verde des autres producteurs d'engrais

Nous fournissons des engrais de spécialité en salinité et en potassium sans chlorure directement aux agriculteurs pour les mêmes coûts que les engrais conventionnels.

Présentation de l'entreprise

Dans une vidéo sur sa chaîne YouTube, il a été déclaré que la soif de croissance de l'entreprise est également alimentée par le fait qu'elle est tellement convaincue de ses produits et qu'elle veut apporter quelque chose de positif à la préservation de la biodiversité des sols. Selon la société, les engrais contenant du chlorure et du sel sont le principal ennemi des micro-organismes dans le sol. À long terme, les engrais actuels tuent la vie dans le sol, réduisant la diversité globale en haut de la chaîne alimentaire.

La société est très convaincue de ses effets positifs sur la qualité des sols. Le principal produit de Verde est le Kforte, qui remplace directement les engrais contenant du KCL (chlorure de potassium). Kforte se compose principalement de glauconite. Et cette glauconite est extraite dans les mines de la société. Récemment, le 10 février 2022, le Brésil a accordé un permis d'exploitation minière supplémentaire de 2,5 millions de tonnes par an, ce qui représente une multiplication par dix par rapport au volume de production précédent. Des permis allant jusqu'à 25 millions de tonnes sont toujours en attente.

La glauconite est extraite de roches anciennes et les mines ont une capacité totale de 777 millions de tonnes, ce qui est suffisant pour des décennies. Aucun produit chimique n'est utilisé dans le processus minier. Lorsqu'une mine atteint la fin de sa vie, elle peut simplement être remplie et la forêt poussera à nouveau dessus comme si rien ne s'était jamais passé.

Verde est indépendant des crises actuelles
En particulier dans le contexte de la crise actuelle en Europe de l'Est et de la scission entre l'Est et l'Ouest, l'indépendance est très importante en ce moment. Tout ce dont l'entreprise a besoin pour ses produits peut être trouvé dans son propre pays. Elle est donc indépendante de la Biélorussie en tant que l'un des plus grands fournisseurs de potasse, indépendante du gaz de l'étranger et indépendante de toutes les restrictions commerciales. Cette localité et cette sécurité d'approvisionnement devraient être un argument pour que les agriculteurs passent au Vert, car compte tenu de la situation mondiale actuelle, les chaînes d'approvisionnement et les prix mondiaux, en particulier pour les engrais, sont très incertains.

Kforte est disponible depuis 2017 et a connu une croissance très rapide depuis lors. Selon la société, la quantité moyenne de commande par client s'améliore également. En outre, des enquêtes auprès de nouveaux clients ont montré que certains ont pris conscience de Kforte par le bouche à oreille, ce qui indique des niveaux élevés de satisfaction chez les clients précédents.

Les ventes se sont également très fortement développées. En 2020, le chiffre d'affaires s'est de 9,1 millions de dollars canadiens, en 2021 déjà de 27 millions de dollars canadiens et pour 2022, des revenus de 72 millions de dollars canadiens sont attendus. De 2022 à 2023, la société veut doubler à nouveau sa production pour atteindre un total de 1,4 million de tonnes. Voici un tableau qui reflète la saisonnalité des ventes.

Je ne sais pas exactement à quel point les projections de l'entreprise sont exactes. Cependant, il faut garder à l'esprit que nous sommes déjà en mars 2022 et que les agriculteurs doivent planifier très longtemps à l'avance dans leurs affaires, donc je suppose plutôt que des commandes pour 2022 ont déjà été reçues. Par conséquent, Verde devrait avoir une vision presque parfaite de ses revenus et du prix de vente de cette année.

Les actions sont-elles surévaluées ?

Le cours de l'action a explosé. Normalement, quand vous voyez de tels graphiques, vous pensez à une formation de bulles ou à des évaluations complètement exagérées. Est-ce le cas ici ? Le BPA 2021 était de 0,06 $ CA, ce qui équivaudrait à un P/E de 157 au prix actuel. Selon le dernier tableau ci-dessus, Verde s'attend à un BPA de 0,50 $ CA pour 2022, ce qui signifierait un P/E à terme de 19. Donc, si cela se réalise, le stock serait considérablement sous-évalué compte tenu de cette croissance.

Cette estimation de 0,50 $ CA est basée sur plusieurs facteurs. Étant donné que la société facture entièrement en réals brésiliens, mais qu'elle est cotée au Canada, le taux de change joue un rôle. Pour cette estimation, la compagnie suppose un taux de change moyen de 1,00 $ CA = 4,40 R$ (pour le moment, il est de 3,82 $ rands pour un dollar canadien). Le prix par tonne d'engrais KCL, qui est le produit du concurrent, est également important. Le 0,50 $ CA est basé sur 500 USD la tonne. À l'heure actuelle, les contrats à terme pour le reste de 2022 se négocient entre 800 $ et 1 000 $, donc dans l'ensemble, cela pourrait être encore mieux que 0,50 $ CA EPS.

Profiter de la rareté sans se faire rare soi-même
Verde base son prix de vente sur les prix des producteurs d'engrais classiques. Cela signifie que Verde pourrait profiter en permanence de la rareté des engrais et des prix élevés qui en résultent, bien que son produit ne soit pas devenu plus rare. Cette évolution peut déjà être observée dans une certaine mesure. En 2020, par exemple, le prix de vente par tonne vendue était de 38 $ CA et le coût de production par tonne était de 14 $ CA. En 2021, il était déjà un prix de vente de 69 $ CA, avec des coûts de production de 18 $ CA. Ainsi, la marge brute en 2021 était de 74 %.
J'ai déjà évoqué certains des risques. Le taux de change, bien sûr, mais aussi l'évolution des prix des engrais KCL, vers lesquels Verde est orienté. Un autre risque est que la capacité de production sera augmentée, mais qu'il n'y aura pas assez de demande sur le marché. Le nombre d'utilisateurs augmente rapidement, mais rien ne garantit que cela se poursuivra à l'avenir. Un autre risque est que le Brésil n'accorde plus de permis d'exploitation pour la glauconite. À l'heure actuelle, il est autorisé à extraire environ 2,8 millions de tonnes et en 2023, la production de Kforte devrait être de 1,4 million de tonnes. Cette capacité autorisée devrait donc être suffisante jusqu'en 2024 environ.
Une chose importante que je voudrais mentionner est que le PDG Christiano Veloso détient 19 % des actions. Le nombre d'actions en circulation est passé d'environ 37 millions en 2014 à 52 millions maintenant. La dilution n'est donc pas extrêmement élevée et devrait ralentir car l'entreprise réalise des bénéfices par rapport à l'année dernière. Et last but not least, la société n'a pratiquement aucune dette (environ 5 millions de dollars canadiens).
Conclusion

Il y a beaucoup de choses à aimer dans cette entreprise. Pratiquement tous les chiffres pointent dans une direction positive. Le nombre de clients ainsi que l'augmentation des revenus par client à mesure que le prix de vente augmente. De plus, il y a la localité, qui représente l'indépendance par rapport aux chaînes d'approvisionnement mondiales. Le nombre élevé d'actions détenues par le PDG et le peu de dettes. Même après cette croissance explosive du cours de l'action, cela reste un très bon investissement pour moi.

Avatar de l’utilisateur
okavongo
7570
Messages : 1002
Inscription : 10/11/2019

Message par okavongo » 26 mars 2022, 11:52

Cours = 9,26 CAD

Pour ceux qui aime la lecture, un blog israélien propose une loooooongue analyse de Verde et du marché des engrais.

Assaf Natan gère un fonds hedge fund plutôt orienté value. Toujours rassurant de voir que le dossier Verde attire des investisseurs value plutôt que des analystes techniques (qui pour l'instant "shortent" plutôt la valeur j'ai l'impression) ou des parieurs à la Reddit (même si j'espère leur vendre mes actions un jour). Le pavé sur les risques (management, Brésil, cours potasse, nouvelle mine au Brésil) est aussi un utile rappel de prudence. Ses points d'entrée sont à 2,5 CAD pour lui (fin 2021-début 2022) et 8 CAD pour son fond (début mars 2022). Il aurait du s'abonner aux Daubasses pour découvrir la valeur plus tôt à un cours beaucoup plus attractif :)

John Kaiser qui suit la valeur depuis de nombreuses années s'essaye lui à un exercice de valorisation (Verde à partir de 9'18). Mais il m'a perdu... Je le trouve trop optimiste sur la montée en capacité. Il remet aussi sur la table la Thermopotash. Certes ça diminue le volume à transporter mais les coûts exploseraient et la technique n'est qu'expérimentale. Je préfère que Verde reste dans son couloir et avance avec les avantages et les inconvénients de son produit. On peut déjà aller loin :) Seule information intéressante à mes yeux (vers 13'30) il explique que verde n'a pas l'intention de dépasser les 1000 USD/t en équivalent potasse à la vente même si les cours s'envolent à 1500 USD/t. Je ne sais pas d'où il tient l'info. Elle ne me surprend pas vraiment connaissant Christiano Veloso. A court terme, lors de l'annonce officielle, ce genre de nouvelles peut peser sur le cours de l'action. A moyen long terme je comprends la démarche vise à sécuriser les volumes, à vendre la production très en avance et à conforter l'image de marque de Verde. Il suggère aussi que la mise en avant du volume de 50 m/t pourrait mener Verde dans les bras d'un gros acteur des engrais. J'étais arrivé à une conclusion similaire. Mais rien n'est sûr, nous ne sommes pas dans la tête de Christiano. Je ne comprends pas par contre pourquoi il parle d'un chemin de fer coutant des milliards, alors que la PFS de 2017 évoque un coût de 145 mCAD pour se raccorder au réseau brésilien situé à 30 km. Une ligne coûte des milliards quand elle est dédiée et très longue. Par exemple pour rejoindre un port d'exportation. Pour Verde, il suffit de se raccorder au réseau brésilien et ensuite de dispatcher les trains à travers le Brésil. Enfin, c'est ma lecture.

Attention aux biais de confirmation avec tous ces articles. D'autant que je pense que quasiment toutes les informations pertinentes sont déjà dans cette file. Après c'est une question de réflexion. Exercice solitaire de l'investisseur qui au final est le seul décideur d'un achat ou d'une vente. Ceux qui ont conserver jusqu'à maintenant peuvent être perturbés par la taille de leur ligne. Je le suis. Mais je crois qu'il faut essayer de ne pas "surinvestir émotionnellement" cette ligne en allant sans cesse à la pêche aux infos ou en se posant mille questions. Plus facile à dire qu'à faire... Cette aventure est une magnifique et lucrative réussite. Ce serait dommage de la gâcher en partie par un stress superflu ;)

matdany
2117
Messages : 833
Inscription : 11/11/2019

Message par matdany » 26 mars 2022, 18:41

J'ai lu le long article de Assaf mais non regardé la vidéo en anglais. Un autre point de vue et un tour assez complet du marché des engrais.

J'ai retenu une prévision d'un prix qui ne devrait pas descendre sous 500 US dans le futur.
Le besoin d'une ligne de chemin de fer dans le futur.
Potassiodobrazil, comme je l'ai évoqué n'est pas "dangereux" pour Verde avant un long moment et si les autorisations sont obtenues.

Il y aurait eu un entretien avec le responsable de Verde, qui se serait engagé à vendre avec des remises aux agriculteurs brésiliens si requis par les prix.

Naturellement, dire qu'il n'y a aucun risque n'est pas raisonnable mais il faut intégrer les changements mondiaux en cours qui sont exceptionnels et nouveaux comme évoqués sur les files Exel, Poutine, news matières premières et Verde cumule une série d'avantages qui sont incroyables (même ESG)

Je me demande si le plus dangereux ne serait pas une OPA ; je vois que les actionnaires importants sont tous "Individual Investors" et comptabilisent seulement 20,48 % des actions.

Le rédacteur évoque un cours de 90 CAD ; je vendrai avant !

Avatar de l’utilisateur
okavongo
7570
Messages : 1002
Inscription : 10/11/2019

Message par okavongo » 31 mars 2022, 17:03

Verde travaille à obtenir un soutien gouvernemental :) Important pour accélérer le développement.
VerdeGouv.png

Répondre

Connexion

Statistiques

____ membres / 2 000 max (___ places disponibles avant la limite)

21963 messages • 951 sujets