Verde Agritech (NPK) -P

Anciennes actions de la Pirogue d'Okavongo
Avatar de l’utilisateur
okavongo
8096
Messages : 1047
Inscription : 10/11/2019

Message par okavongo » 10 décembre 2023, 11:47

Cours = 1,05 CAD

Un article sur l'ERW et les crédits carbone. Plus il y aura d'acteurs sur ce segment, mieux c'est pour Verde. Cela permet de faire la publicité de cette pratique. La concurrence est rude avec d'autres techniques. Les acteurs de l'ERW ont donc tout intérêt à se serrer les coudes et à promouvoir leur technique.

Je vous invite à regarder les solutions concurrentes de label bas-carbone en France. Beaucoup de blabla et des projets qui me laisse sceptique. Un exemple. Certes ces pratiques vont dans le bon sens. Mais il me semble qu'il est plus efficace et compréhensible par tous de transformer le CO2 de l'atmosphère en cailloux tout en fertilisant un champ plutôt que de planter des haies. A voir si l'ERW arrivera à vendre ses crédits beaucoup plus chers que toutes ces autres techniques qui posent questions.

Mais pour profiter éventuellement un jour des crédits carbone, Verde doit d'abord survivre. Cela passe par un retour à la rentabilité qui elle même passe par un niveau de ventes plus élevé. C'est toujours LE point à surveiller lors des prochaines publications.
ERW_Lithos.PNG

Viga
2261
Messages : 474
Inscription : 16/08/2020

Message par Viga » 11 décembre 2023, 20:26

Pour revenir sur l'article indiqué par okavongo, il fait état d'un tarif de 370€/t de CO2 retiré environ.

Pour Verde, avec une production de 3Mt/an de produit possible dès à présent, chaque tonne pouvant permettre de retirer jusqu'à 112,56 kg de CO2, le potentiel serait de 337.680t de CO2 retiré, soit à ce tarif près de 125M $/an pour les moyens de production déjà en place.
Reste à survivre jusqu'à trouver des acheteurs de crédits carbone et pour ça il faut d'abord trouver des acheteurs tout court !

source : https://www.greenbiz.com/article/why-jp ... k-farmland

Viga
2261
Messages : 474
Inscription : 16/08/2020

Message par Viga » 29 décembre 2023, 18:18

cours: 1,54 CAD

Le cours de Verde reprend 45% en 2 jours sans nouvelles particulières, sur des volumes 4 fois supérieurs à la moyenne. Les cours toujours peu élevés (1,10 il y a 2 jours vers 1,63 CAD au plus haut aujourd'hui) expliquent en partie la forte variation. Est-ce que quelqu'un aurait vu passer quelque chose ?
C'est peut être un simple rallye de fin d'année et une partie du volume doit s'expliquer par les ventes de M. Veloso puisque le palier de 1,5 CAD est de nouveau atteint; ça reste sur des niveaux toujours très en deçà d'il y a 18 mois mais ça fait plaisir après tous ces mois de cours déprimé. Je vais surveiller les achats d'initiés dans les prochains jours, on ne sait jamais...

Viga
2261
Messages : 474
Inscription : 16/08/2020

Message par Viga » 30 décembre 2023, 12:09

La seule transaction déclarée hier pour le moment est une vente de 7.900 titres par M. Veloso à 1,53 CAD. Cela n'explique donc qu'une très faible part des 315.238 transactions du jour (contre environ 50.000 en moyenne).
Capture d’écran 2023-12-30 à 12.06.17.png
source: https://www.sedi.ca/

Avatar de l’utilisateur
okavongo
8096
Messages : 1047
Inscription : 10/11/2019

Message par okavongo » 27 janvier 2024, 14:38

Cours = 1,32 CAD

Comme prévu, le miracle n'a pas eu lieu et la prévision de ventes de Verde pour 2023 (entre 800 -1200 kt) est très loin d'être atteinte. Les résultats de l'année sont très mauvais. Avec 427,75 kt les ventes sont inférieures à 2022 (628 kt) et très en-dessous des capacités de production (3 000 kt). Le bénéfice de 2022 (17,8 mCAD) s'est transformé en perte (5,5 mCAD) surtout car les cours de la potasse ont plongé.

Si l'on isole le dernier trimestre (sans l'aide du communiqué qui le noie dans l'année) les 104 750 tonnes sont dans la lignée des trimestres précédents. La saisonnalité a disparu. Le CA baisse encore ce qui donne une indication sur des prix de vente toujours très déprimés. La perte se réduit un peu (2 mCAD environ contre 3,5 le trimestre précédent).

Concernant 2024, Verde prévoit des ventes entre 700 et 800 kt. Ce qui serait un niveau correct. Mais comment faire confiance à un management qui a maintenu toute l'année une prévision que nous jugions inaccessible dès les résultats du premier trimestre ? Mieux vaut ne pas en tenir compte et suivre trimestre par trimestre les chiffres.

Le salut peut venir des crédits carbone. Mais à mon avis cela va prendre du temps. Je me contenterai volontiers d'une année de transition avec des ventes qui progressent et un prix qui retrouve des couleurs. Même modestement. Le marché brésilien a souffert cette année. Revenir à une certaine normalité aiderait Verde. L'objectif ? Au pire revenir à l'équilibre et au mieux à reprendre sa marche en avant.

Le temps est morose mais on peut espérer voir un rayon de soleil en 2024 pour Verde. Les fondamentaux (produit, mine, outil de production) restent solides.
PubJoe19_Kayak.png

Viga
2261
Messages : 474
Inscription : 16/08/2020

Message par Viga » 07 février 2024, 14:58

Le "Chief Revenue Officer" change de tête : João Paulo Frez remplace Gilson Guardiero qui n'aura officié que quelques mois. Soit ce dernier a très mal fait son job, soit il est parti de lui même. A mettre en parallèle avec la déclaration de Cristiano Veloso lors du dévoilement du résultat de 2023 le 26 janvier dernier:
Malgré nos attentes élevées pour le second semestre, suite à la nomination d'une nouvelle direction commerciale, les résultats du quatrième trimestre ont été les plus décevants de l'année.
Je dirais donc que le couperet est tombé.

Entre temps, Verde a nommé 2 Vice Présidents, 1 chargé des grands comptes et 1 autres des ventes. Bref, les ventes sont au centre des préoccupations, c'est le bon point.

Le prix de la potasse est en baisse en janvier.
Prix de la potasse
Prix de la potasse
source: https://investor.verde.ag/press-release/
https://ycharts.com/indicators/potassiu ... spot_price

Viga
2261
Messages : 474
Inscription : 16/08/2020

Message par Viga » 12 février 2024, 17:42

Verde est entré dans un partenariat stratégique avec WayCarbon pour favoriser le développement et la monétisation de ses crédits carbone.
WayCarbon est un acteur majeur de ce marché, actif depuis 2006. La société est détenue à 80% par la banque espagnole Santander.

résumé de Gemini, l'IA de Google a écrit : WayCarbon est une société mondiale spécialisée dans les solutions pour la transition vers une économie net-zéro. Fondée en 2006, elle s'appuie sur la science, l'expertise métier et la technologie pour accompagner les entreprises et les gouvernements dans leurs stratégies de changement climatique et de développement durable.

Voici les points clés de l'activité de WayCarbon :
  • Conseil en développement durable : WayCarbon aide les organisations à définir et mettre en œuvre des stratégies de développement durable ambitieuses et à aligner leurs activités sur les objectifs de l'Accord de Paris.
  • Logiciels et solutions digitales : WayCarbon propose une suite de logiciels et de solutions digitales pour aider les organisations à mesurer, réduire et compenser leurs émissions de gaz à effet de serre.
  • Projets de carbone : WayCarbon développe et gère des projets de réduction et de compensation des émissions de carbone dans le monde entier.
  • Formation et sensibilisation : WayCarbon propose des formations et des programmes de sensibilisation pour aider les organisations à renforcer la culture du développement durable en interne.
WayCarbon s'adresse à un large éventail de clients :

Grandes entreprises
PME
Organisations internationales
Gouvernements

En résumé, WayCarbon est un partenaire de confiance pour les organisations qui s'engagent à relever les défis du changement climatique et à construire un avenir plus durable.

Voici quelques chiffres clés de WayCarbon :

Plus de 500 clients
Plus de 1 000 projets réalisés
Plus de 250 employés
Présence dans 12 pays
Source: https://investor.verde.ag/verde-announc ... n-credits/

Avatar de l’utilisateur
okavongo
8096
Messages : 1047
Inscription : 10/11/2019

Message par okavongo » 09 mars 2024, 12:05

Cours = 1,23 CAD

Un article (version traduite) évoque les résultats du distributeur d'engrais Lavoro. Pour mémoire, Lavoro distribue aussi depuis quelques temps la gamme de Verde. L'intérêt de regarder ce qui se passe chez Lavoro ? Confirmer (ou pas) les dires de Verde. Autrement dit voir si Verde rencontre des difficultés spécifiques Ou si c'est bien le marché brésilien dans son ensemble qui est en souffrance.

La réponse est : Verde ne nous raconte pas de bobards ! Lavoro souffre. Ses marges baissent, leurs provisions pour défauts de paiement augmentent et ses ventes de produits biologiques chutent de 19% en un an.

Les difficultés ne sont donc pas spécifiques à Verde. C'est plutôt rassurant pour l'avenir. Reste malgré tout un double défi : retrouver un marché brésilien plus dynamique et gagner des parts de marché. Verde a besoin des 2. Les crédits carbone peuvent aider à doper les ventes en permettant à Verde de baisser ses prix. Mais comme prévu le processus prend du temps. Prudence avec les annonces optimistes de Christiano :
Viga a écrit :
26 juillet 2023, 15:50
L'idée de Veloso est de transformer ce carbone séquestré en crédits et de les revendre sur le marché international.
Si tout se passe bien, ces opérations débuteraient en 2023. Les fonds obtenus serviraient à développer la production elle-même.

Viga
2261
Messages : 474
Inscription : 16/08/2020

Message par Viga » 22 mars 2024, 12:36

La banque centrale brésilienne a diminué ses taux directeurs de 50 points à 10,75%.
taux directeur du Brésil (SELIC)
taux directeur du Brésil (SELIC)
La banque prévient cependant que la diminution va être plus progressive à l'avenir, la situation n'étant pas stabilisée.
La situation actuelle, caractérisée par une étape du processus de désinflation qui tend à être plus lente, des anticipations d'inflation avec un réancrage seulement partiel et un scénario mondial difficile, exige sérénité et modération dans la mise en œuvre de la politique monétaire
D'autre part, le producteur de potasse allemand K&S - à la suite de Nutrien et Mosaic - annonce une chute du résultat à cause de la baisse des prix de la potasse.

Enfin, petite lueur d'espoir, les prix de la potasse augmentent très légèrement ce mois-ci.
Pour la première fois depuis plusieurs mois, les prix de détail moyens des huit principaux engrais étaient plus élevés qu'il y a un mois au cours de la deuxième semaine de mars 2024.
sources : https://www.bnamericas.com/en/news/braz ... wer-easing
https://tradingeconomics.com/brazil/interest-rate
https://www.producer.com/news/mosaic-profit-falls/
https://www.nasdaq.com/articles/ks-warn ... ash-prices
https://www.dtnpf.com/agriculture/web/a ... ertilizers

Viga
2261
Messages : 474
Inscription : 16/08/2020

Message par Viga » 28 mars 2024, 12:32

Les auditeurs de Verde confirment les chiffres déjà indiqués, avec un CA de 37,9 M CAD (-53%) et en résultat une perte de 6M CAD en 2023 contre un bénéfice net de 17,8M CAD en 2022.
verde2023.png
Cristiano Veloso a écrit :Malheureusement, comme l'avait prévu la Société, 2023 a été l'une des années les plus difficiles de l'histoire récente pour les secteurs de l'agriculture et des engrais. Verde a été pris dans une vague de faible demande et de conditions de prix défavorables. À l’horizon 2024, nous nous concentrons davantage sur la reconquête de parts de marché et l’amélioration de notre efficacité opérationnelle et administrative afin de réduire les coûts.
La trésorerie détenue par la Société a augmenté de 5,8 millions de dollars au cours de l'exercice 2023 mais via des prêts. Verde est en discussions avec les banques pour prolonger la maturité de sa dette.

La société met en avant que ses produits vendus en 2023 ont permis la capture de 17.680 tonnes de CO2.
Après le sommet historique atteint en 2022, le prix moyen du KCl CFR a diminué de 54 % en 2023 par rapport au prix moyen de 2022, avec une baisse de 43 % au quatrième trimestre 2023. [...] Les cours actuels du marché pour les principales cultures au Brésil sont encore nettement inférieurs à ceux observés en 2022.
[...] Le manque de précipitations a également conduit les producteurs de soja à reporter les semis et, par conséquent, beaucoup ont choisi de ne pas semer la récolte suivante [...] les pertes économiques dues aux événements météorologiques extrêmes ont atteint 33 milliards de reais en 2023
la capacité de Verde à offrir des conditions de crédit compétitives aux agriculteurs était limitée par les coûts élevés de la dette de la société par rapport à ses concurrents internationaux plus importants.
Le coût moyen par tonne a diminué de 17 % en 2023, en raison de la mise en service de l'usine 2 en 2022 (68 % des ventes totales)

Les frais de vente et de marketing sont en augmentation de 13% à cause des nominations récentes et du passage des ventes vers le terrain.
Les frais de transports ont eux diminué de 49% au total et de 25% en coût moyen par tonne avec le rapprochement des clients.
L'administration générale a augmenté de 15% avec de nouvelles embauches et dépenses notamment pour l'usine 2.

Au 31 décembre 2023, Verde ne respectait pas ses covenants pour l'un des prêts ce qui aurait pu entrainer la demande de remboursement immédiat. La banque y a renoncé.

La présentation aura lieu le 2 avril; j'essaierai d'y participer si jamais vous avez des questions à poser.

source: https://investor.verde.ag/verde-announc ... 3-results/

Viga
2261
Messages : 474
Inscription : 16/08/2020

Message par Viga » 02 avril 2024, 17:05

Résumé de la présentation du jour:
M. Veloso avait l'air beaucoup plus détendu que lors de la présentation précédente.

Tous les intervenants de l'agriculture brésilienne et notamment les vendeurs d'intrants ont fait face à des vents contraires en 2023, avec une météo difficile et des prix en retrait.
prix KCL
prix KCL
Les taux d'intérêt sont attendus à 9-9,5% d'ici la fin d'année 2024.
Taux d'intérêt du Brésil et taux de change real/dollar canadien
Taux d'intérêt du Brésil et taux de change real/dollar canadien
La législation européenne sur les habits va demander l'étiquetage avec l'impact carbone. Cela peut être une bonne opportunité pour Verde dans le coton.

Le travail avec WayCarbon avance mais aucune date ou information supplémentaire n'est donnée, si ce n'est qu'ils doivent prouver que la vente des crédits carbone est nécessaire au progrès de la société.

Le prix des produits de Verde pourrait bénéficier de la reconnaissance via les crédits carbone car cela apporterait un avantage visible pour les agriculteurs, au delà des intrants chimiques.

La politique de refinancement des agriculteurs est complexe. Ils avaient déjà proposé - et envisagent de le refaire - des réductions commerciales réduites en échange d'une prise en charge du financement. Des pourparlers sont également en cours avec les banques afin que celles-ci financent directement aux agriculteurs leurs achats auprès de Verde à un taux moins élevé que ce que peut se permettre la compagnie.

De nombreux agriculteurs se mettent actuellement en faillite et renégocient avec leurs créditeurs, dont Verde, avec une législation favorable aux débiteurs.

Des cadres de Nutrien ont récemment quitté la société dans toute l'Amérique du Sud (et certains sont même venus postuler chez Verde). Le Brésil reste cependant le pays que Nutrien veut continuer à développer dans la région (voir l'article: https://www.reuters.com/markets/commodi ... 024-03-28/)

Felipe Paolucci ne pense pas que les covenants seront un problème pour 2024, les banques ayant suivi la société sans difficultés lors du dernier souci.
Cristiano Veloso a écrit :Je me sens très frustré, je me sens triste de voir la manière dont le marché a évolué. [...] ce n'est pas la première fois [évocation de la crise des subprimes, puis de la chute du prix de la potasse suite à l'attaque en Bielorussie et enfin de la chute des prix en 2023 suite à un fort endettement de Verde]
M. Veloso a remercié les actionnaires pour leurs questions et certaines pistes qu'ils vont étudier.

Viga
2261
Messages : 474
Inscription : 16/08/2020

Message par Viga » 03 avril 2024, 00:32

La vidéo correspondante :

Avatar de l’utilisateur
okavongo
8096
Messages : 1047
Inscription : 10/11/2019

Message par okavongo » 03 avril 2024, 19:12

Cours = 1,12 CAD

Rien à ajouter au très bon résumé de Viga. J'ai toujours été prudent sur les crédits carbone car je pressentais qu'il faudrait du temps pour certifier la fiabilité du procédé de séquestration du carbone de Verde (ERW). Mais je n'avais pas vu venir l'additionnalité.
1. L’additionnalité : le projet n’aurait pas pu être mis en œuvre sans le financement de la vente des crédits carbone. Sans le projet, le scénario dit “de référence” aurait donné lieu à des émissions ou à l’absence de séquestration de carbone. Prenons l’exemple d’un projet de conservation de forêts. Grâce au projet, les arbres continuent à absorber du CO2 alors que cette séquestration cesserait si la forêt était rasée. Le porteur de projet doit montrer que sans l’argent lié à la vente de crédits carbone, la forêt serait coupée. Source.
Un article plus complet en anglais avec dans le détail les différentes techniques et de leur additionalité réelle ou supposée. Il souligne la difficulté de cette notion. Il suffit d'avoir été un jour sur un site de vente de crédit carbone pour effectivement se rendre compte que c'est la jungle. Et que certains projets semblent peu "additionnel" même au néophyte que je suis... Bon point, la technique de l'ERW sur laquelle s'appuie Verde est considéré par l'auteur de l'article comme offrant moins de risques que d'autres en terme d'additionalité.

Mais Verde, sans crédit carbone, envisageait déjà de déverser son produit sur tout le Brésil. Grâce à ses mérites spécifiques. Marche arrière toute. Faut-il maintenant faire profil bas et dire que l'on ne s'en sortira pas sans le coup de pouce des crédits carbone ? Bon, la situation actuelle montre que ce n'est pas seulement une construction intellectuelle car la période est vraiment difficile. Même si j'espère que c'est ponctuel. La carte que peut jouer Verde est, me semble-t-il, sur les volumes. Sans l'aide des crédits carbone, il sera difficile de toucher des régions plus éloignées du Brésil à cause des coûts de transport. Ou de financer une ligne de chemin de fer. Voire de construire une nouvelle unité de production. Je ne sais pas si c'est le plan et si ça suffira, mais ça me semble un argumentaire recevable.

Un chose est certaine. Le produit de Verde est bien dans l'air du temps et a des atouts indéniables. Avant tout pour la préservation des sols. Il évite d'injecter le chlore qui est présent avec la potasse traditionnelle (MOP). Christiano explique que le goût du café brésilien est affecté par cet ajout de chlore. Il compare à des terroirs volcaniques plus riches qui n'ont pas besoin d'ajout de potasse, et par ricochet de chlore, et sont considérés comme premium. Préservation de la qualité des produits agricoles mais aussi ajout de nutriments, voire de micro-organismes sont des bonus. Même si ce n'est pas évident à vendre dans le marasme actuel du marché brésilien. A défaut de crédit carbone (scénario pessimiste), le bilan carbone du produit de Verde sera très bon grâce à l'ERW. Et ce sujet devient de plus en plus important. Les grandes entreprises commencent par essayer de réduire leurs propres émissions (scope 1) mais elles doivent aussi mesurer leurs émissions indirectes. Y compris pour leurs achats hors énergie (scope 3). Et pour réduire le scope 3, l'industrie agro-alimentaire sera peut-être tentée d'acheter des produits au bilan carbone le plus bas possible.
Scope 1 : émissions directes
Scope 2 : émissions indirectes liées à l’énergie
Scope 3 : autres émissions indirectes (par exemple : les déplacements domicile-travail, les achats hors énergie…)
L'exemple de Netzero

Netzero est une start-up française qui construit des unités produisant du biochar à partir de résidus végétaux. Ce charbon végétal est un fertilisant pour les sols (réduit les besoins). Il retient l'humidité et surtout séquestre du carbone en évitant que les résidus végétaux ne relâche du CO2 dans l'atmosphère en se décomposant. Après avoir construit une unité au Cameroun, Netzero se lance au... Brésil ! Une unité est construite et une autre en cours de construction. Le modèle est simplissime. Par exemple, au Brésil, l'usine récupère les résidus de la culture du café, les brule (sans ajout d'énergie externe), produit du biochar (qui sera utilisé dans les cultures par les producteurs de café) et même du gaz qui peut produire de l'électricité. Magique (sans ironie) mais pas rentable sans crédit carbone. L'additionalité est prouvée. CQFD. Netzero possède de grands partenaires (L'Oreal, Stellantis, CMA-CGM, fonds STOA de la Caisse de Dépôts et de l''Agence Française de Développement). Netzero a aussi été lauréat du concours XPRIZE Carbon Removal de la Fondation d'Elon Musk. Le discours est souriant et bien rodé. Partenaire possible de Verde ou concurrent ?


Répondre

Connexion

Statistiques

____ membres / 2 000 max (___ places disponibles avant la limite)

22843 messages • 980 sujets