Christian DIOR (CDI) - Idées d'investissement abonné

Idées d'actions proposées par la communauté + pistes d'investissement proposées par les daubasses hors portefeuilles
Dwight Schrute
506
Messages : 84
Inscription : 30/12/2020

Message par Dwight Schrute » 26 mars 2021, 09:29

Le rapport annuel de Christian Dior est paru.

Il y est mentionné l’absorption de la filiale Financière Jean Gougeon par voie de fusion - absorption. Et il y est écrit (p. 268) :
Le 30 septembre 2020, Christian Dior SE a absorbé sa filiale Financière Jean Goujon par fusion-absorption, avec effet rétroactif au 1er janvier 2020. Cette opération a dégagé un mali technique de fusion de 103,7 millions d’euros, résultant de l’écart
négatif entre le montant de l’actif net transmis par Financière Jean Goujon (3 375,0 millions d’euros) et la valeur nette comptable des titres de Financière Jean Goujon antérieurement détenus par Christian Dior (3 478,7 millions d’euros).
En tant que débutant, je comprends que les titres étaient valorisés chez CDI au montant qui ne générerait pas de plus value et donc pas d’imposition. Par ailleurs, une recherche rapide sur internet sur la fusion absorption me fait découvrir que lorsque les sociétés (absorbante et absorbée) sont sous contrôle commun, la transmission universelle de patrimoine se fait selon la valeur comptable et non la valeur réelle. Toujours en non spécialiste, cela me fait pencher dans le sens de Snowball sur la non imposition de la plus value.

À l’heure où j’écris le rapport CDI / LVMH est à 0,92 et CDI coûte 515 €, pas loin de son plus haut historique du 18 mars dernier. J’avais tenté d’en acheter le mois dernier, et pour grappiller quelques euros, je me retrouve à en payer 75 de plus. Tant pis, je me lance et j’ajoute Dior à mon portefeuille (même si j’ai bien lu Les Daubasses ci-dessus et si Arnault ne rachètera peut-être pas au prix fort).

Avatar de l’utilisateur
Snowball
8080
Messages : 628
Inscription : 21/11/2019

Message par Snowball » 26 mars 2021, 14:41

Merci Dwight Schrute,

En effet, CDI a publié ses états financiers tout juste 21 jours avant son AG du 15 avril qui se tiendra à huis clos.

C’est un bonheur de lire les comptes de la société CHRISTIAN DIOR (non consolidés donc). Après les différentes restructurations juridiques de ces dernières années, ce sont maintenant peut-être les comptes les plus simples de toute la cote de Paris. Jugez plutôt !

Voici l’actif du bilan :
Actif Dior.jpg
On y retrouve une seule ligne significative, celle des participations dont le détail est fourni :
Filiales de Dior.jpg
Pour faire simple : CDI détient donc des titres de LVMH, 411 M€ de trésorerie. Je vous fais grâce pour l’instant des 8 M€ de créances et des 11 M€ de participations hors LVMH.

Passons maintenant au passif :
Passif Dior.jpg
Il y a 351 M€ d’emprunts obligataire qui vont être remboursés par anticipation en juin 2021. La société a d’ores et déjà la trésorerie pour procéder à ce remboursement. Je fais l’impasse sur l’ « autre dette » de 1,2 M€ et je constate que l’ensemble du passif est contenu dans les fonds propres.

CHRISTIAN DIOR n’aura très bientôt plus aucune dette. Au contraire, une fois les obligations remboursées, il y aura une situation de trésorerie nette de 60 M€ environ. Je ne prends pas en compte pour le présent calcul les dividendes de LVMH (qui vont être encaissés) et ceux de CDI (qui vont être décaissés).

A ce jour, CDI détient 208 212 746 titres LVMH (source DUE de LVMH paru ce mois). Au moment où j’écris ce post, LVMH cote 555 €.

L’actif net réévalué de CDI se monte donc à :

Titres LVMH = 208 212 746 * 555 = 115 558 M€
Participation hors LVMH = 11 M€
Créances diverses = 8 M€
Trésorerie nette = 60 M€
Autre dette = - 1 M€.

Soit un ANR de 115 636 M€. CDI a un capital composé de 180 507 516 actions. L’ANR par titre de CDI est donc de 115 636 / 180,507 = 641 €. C’est mon objectif de cours.

Le ratio CDI / LVMH devrait donc être de 641 / 555 = 1,15 inchangé depuis mon analyse du 14 septembre.

Je suis têtu (un effet de mes ascendances auvergnates ??), je persiste et signe. Avec cette nouvelle publication, je trouve toujours une anomalie de marché. Je pense que le temps jouera en ma faveur et que l’on retrouvera ce ratio théorique. Les marchés ne sont pas irrationnels sur la durée.

Snowball

AsduKreno
2
Messages : 1
Inscription : 11/04/2020

Message par AsduKreno » 26 mars 2021, 17:59

Bonjour

Il me semble que Christian Dior décote de 27% sur la valeur de LVMH.

2 remarques :
1. Ca fait longtemps que cela dure avec il est vrai des variations (décote historique)
2. Finalement ca doit s'apparenter à une décote de holding assez classique.

Donc est ce vraiment une anomalie de marché ?

Avatar de l’utilisateur
Snowball
8080
Messages : 628
Inscription : 21/11/2019

Message par Snowball » 26 mars 2021, 18:39

Bonjour AsduKreno,

C'est un point de vue qui se défend. Une bonne vieille décote de holding pourrait - légitimement - expliquer cet écart entre la valeur théorique de CDI et son cours de bourse. Et vous avez raison, il y a sûrement beaucoup de ça.

D'autres explications peuvent aussi être avancées. Par exemple : CDI ne fait pas partie du CAC contrairement à LMVH. Du coup tous les trakkers et produits indiciels qui répliquent le CAC doivent avoir du LVMH (plus grosse pondération de l'indice) sans avoir de CDI. Or ces produits sont de plus en plus nombreux.

Et malgré tout, je continue à plaider l'anomalie de marché pour trois raisons :

1. CDI n'est pas une holding comme les autres. Son seul actif est constitué des titres LVMH ainsi que le montre très bien le bilan qui vient d'être publié. Une décote de holding a-t-elle du sens dans ces conditions ?

2. Pendant très longtemps, CDI s'est échangé en bourse à un cours supérieur à celui de LVMH. Le ratio CDI = 1,15 LVMH a été le ratio en vigueur sur le marché pendant des années. Je publierais bientôt un graphique sur l'évolution de ce ratio historique. Il est très parlant.

3. Il y a des rumeurs insistantes sur un retrait de cote prochain de CDI. La restructuration juridique qui a eu lieu, la disparition de la Financière Jean Goujon, l'alignement des dates de clôture au sein du groupe, ainsi que le remboursement par anticipation des obligations restant chez CDI peuvent être interprétés comme autant d'indice que l'OPR est proche. S'il y a OPR alors, la doctrine de l'AMF est très claire : aucune décote de holding ne peut être prise en compte. D'ailleurs l'expert indépendant qui a travaillé sur la précédente OPA sur CDI avait procédé à une valorisation sans décote de holding (ni fiscalité latente sur les plus-values). Son rapport est un peu plus haut dans la file.

Bref, le marché applique pour l’instant une décote de holding et je crois qu’il se trompe.

Snowball

Avatar de l’utilisateur
Snowball
8080
Messages : 628
Inscription : 21/11/2019

Message par Snowball » 29 mars 2021, 17:17

Allez, un dernier post sur le sujet et ensuite, promis j'arrête de radoter.

Ci-joint un graphique de l'évolution du ratio CDI / LVMH au cours de 1.400 dernières séances de bourse. En orange, l'équilibre théorique de 1,15. En bleu, le ratio observé sur le marché.
CDI vs LVMH.jpg
Entre l'été 2017 et la toute fin d'année 2019, CDI a coté plus de 1,15 fois le cours de LVMH, parfois avec de forts excès... et donc des anomalies de marché. La preuve en image que le marché n'a pas toujours intégré de décote de holding sur ce dossier.

Depuis la fin 2019, mais surtout depuis la crise boursière du début de l'année 2020, on est parti dans un excès inverse.

Le jour où la ligne bleue rejoint le trait orange, je vends.

Snowball

Avatar de l’utilisateur
Snowball
8080
Messages : 628
Inscription : 21/11/2019

Message par Snowball » 14 avril 2021, 08:41

CDI a publié hier soir ses ventes du T1 2021. A près de 14 milliards d'euros, elles sont en très forte croissance par rapport à 2020 : + 32 % en publié et + 30 % en organique. Plus remarquable encore, la croissance organique est de + 8 % si l’on compare avec l’exercice 2019, avant la pandémie donc.
CDI CA T1.jpg
Par groupe d’activité, la mode et maroquinerie font un carton avec un + 45 %. Les vins et spiritueux portent aussi la croissance avec + 29 %. Les ventes de montres et joaillerie bénéficient pour la première fois de l’intégration de Tiffany : + 138 % sur les ventes publiées, ou + 35 % en organique.

La distribution sélective est le seul segment en recul. La baisse du trafic aérien et du tourisme constitue ici un obstacle insurmontable.

Le communiqué du groupe est joint.

Snowball
Pièces jointes
Christian-Dior-ventes-1T21.pdf
(153.01 Kio) Téléchargé 268 fois

Avatar de l’utilisateur
Snowball
8080
Messages : 628
Inscription : 21/11/2019

Message par Snowball » 16 avril 2021, 16:10

L’AG de Christian Dior avait lieu hier, à huis clos comme il se doit. La retransmission est disponible en replay sur ce lien :

https://voda.akamaized.net/dior/1520614 ... /index.php

Que dire ? 37 minutes, tout compris : présentation des comptes, des ventes du T1 2021, lecture des rapports de CAC et résultats des votes.

Bernard Arnault, qui n’avait pas 37 minutes à perdre, était absent. Il a donc envoyé à sa place d’autres vieux messieurs à l’air sérieux. On ne doit pas se marrer souvent au siège de CDI !

Sans surprise, toutes les résolutions ont été approuvées avec des scores que l’on pourrait qualifier de soviétiques.

Le dividende de 4 € sera versé le 22 avril.

Snowball

Avatar de l’utilisateur
Snowball
8080
Messages : 628
Inscription : 21/11/2019

Message par Snowball » 22 avril 2021, 18:30

Le boss semble penser que son bébé est encore un peu sous-coté.

Dès la parution des chiffres du T1, et la fin de la période d’embargo, le 15 avril (puis les deux séances de bourse suivantes), Bernard Arnaud a acheté sur le marché 107.670 titres de LVMH a un prix moyen de 621 €. Il a déboursé au total 67 M€ pour cela. L’achat s’est fait via Agache.

67 Millions, c’est peut-être un détail pour lui, mais pour moi ça veut dire beaucoup. Ça veut dire que les perspectives business sont excellentes et qu’il croit encore au potentiel boursier d’un titre qui semble en lévitation depuis quelques mois.

Moi qui commençais à envisager un allégement sur CDI. Je crois que je vais tout conserver bien au chaud.

Snowball

Avatar de l’utilisateur
Snowball
8080
Messages : 628
Inscription : 21/11/2019

Message par Snowball » 29 avril 2021, 13:44

Est-ce le début des grandes manœuvres au sein de l’empire Bernard Arnault ?

La financière Agache, qui détient Dior à 95 %, va faire l’objet d’une OPR + RO. L’opération est annoncée ce jour, le communiqué en pièce jointe.

La Financière Agache s’est récemment placée dans le cadre législatif et boursier belgo-luxembourgeois. Ce n’est donc pas l’AMF qui va suivre l’opération.

Cette opération semble réveiller le cours de CDI qui s’adjuge près de 4 % à l’heure où je j’écris ces lignes et qui se rapproche fortement de la parité avec LVMH, du jamais vu depuis l’été dernier.

La suite au prochain numéro.

Snowball
Pièces jointes
OPR financiere agache.pdf
(94.68 Kio) Téléchargé 265 fois

Vlad
4
Messages : 3
Inscription : 11/01/2020

Message par Vlad » 29 avril 2021, 15:00

Bravo pour cette pépite Snowball. De l'ordre de +68% entre le premier message en Sept. et le cours a date si je ne me trompe. Beau parcours, et merci pour la trouvaille.

Avatar de l’utilisateur
Snowball
8080
Messages : 628
Inscription : 21/11/2019

Message par Snowball » 03 mai 2021, 15:31

Après avoir passé mon samedi après-midi à faire une forme de déconsolidation sur TXCOM en cherchant ici ou là quelques dizaines de milliers d’euros, je suis revenu dans la cour des -très très- grands : DIOR et sa capitalisation à 122 milliards. J’aime ne pas avoir de taille limite sur mes dossiers et aller du très petit à l’infiniment grand !

Aujourd’hui au programme : la lecture du projet de note d’information dans le cadre de l’OPR + RO de la Financière Agache, la maison mère de Christian Dior et donc la grand-mère de LVMH. On peut lire le document ici.

Première remarque : ce projet de note a été déposé à l’AMF le 28 avril. L’information que j’avais lue et relayée sur un départ de la holding vers d’autres cieux fiscalement plus cléments été donc erronée : la Financière Agache est manifestement toujours française, avec son siège 11 rue François 1er, dans le huitième arrondissement de Paris. Mea culpa.

Le prix de l’offre est de 44.000 € par titre. La société était cotée au premier marché parisien jusqu’en janvier 1997, date à laquelle elle a fait l’objet d’une OPR sans RO. Le retrait s’était fait à 2.317 FF ou 353 EUR. Les actionnaires qui ont patienté 24 ans en acceptant le non coté ont donc eu raison. La valeur de leur placement a été multipliée par 125, soit un taux annuel de progression de 22,3 %. Je ne parle ici que de plus-value. Je n'ai pas eu la patience de retracer les dividendes.

En simplifiant un peu les choses, le seul actif de la financière Agache est sa participation de plus de 95,29 % dans DIOR (171.917.039 actions détenues). Au passif, la Financière Agache a une dette de 2,3 milliards d’euros. Le prix proposé pour l’OPR, 44.000 €, extériorise donc une valeur du titre CDI à 717 €. Mon calcul est une simple extrapolation du tableau page 28 du projet de note d’information qui indique qu’avec une valeur de CDI à 694 €, l’ANR de la Financière Agache se monte à 42.590 € par titre.

Je me suis pincé plusieurs fois pour être sûr que je ne rêvais pas… Mais après de multiples vérifications, c’est un fait incontestable : Bernard Arnault vient de déposer à l’AMF un document dans lequel il valorise CDI à 717 € par titre ! Je bois du petit lait aujourd’hui.

Si la valorisation me ravit, la méthode me convient elle aussi parfaitement. Je vous livre mes extraits favoris du document. Ce ne sont que des citations, que j’ai trouvées successivement aux pages 8, 22, 24 et 26 du document :
« L’Offre et la détention de 100% des actions de la Société par les Actionnaires Majoritaires qui en résulterait s’inscrivent dans un processus de simplification des structures de contrôle des sociétés cotées Christian Dior et LVMH, qui est mené depuis plusieurs années. Cette stratégie vise principalement à rationaliser l’organisation juridique du groupe, à faciliter les financements et flux de trésorerie intra-groupe, à optimiser la gouvernance des différentes entités et leurs coûts de fonctionnement. »

« L’approche de valorisation par l’actif net réévalué (« Actif Net Réévalué » ou « ANR »), qui constitue la méthode de référence retenue par le marché dans le cadre d’offres publiques portant sur des holdings financières, a été retenue comme méthode d’évaluation pour Financière Agache. »

« Il est rappelé qu’aucune décote de holding ou d’illiquidité n’a été retenue dans le calcul de l’Actif Net Réévalué de Financière Agache. »

« La fiscalité latente n’a pas été prise en compte pour les titres lies à la détention directe ou indirecte de LVMH et Christian Dior (qui représentent au total environ 98,5% de la valeur de l’actif net réévalué de Financière Agache). »

J’attends un copié-collé dans la note à venir un jour sur l’OPR + RO de CDI. La base minimale de valorisation serait alors de 1,18 * LVMH, soit les 1,15 * pour l’ANR et une prime de 3 % pour la sortie. 3 %, c’est chiche, mais c’est au final la prime qui est ici proposée.

Et en cadeau, j’extrais du document déposé à l'AMF l’évolution de la prime / décote sur ANR du CDI. Un graphique qui ressemble comme deux gouttes d’eau à celui que je publiais ici même le 29 mars.
Decote CDI.jpg
Inutile de préciser que je reste actionnaire de CDI.

Snowball

Avatar de l’utilisateur
Snowball
8080
Messages : 628
Inscription : 21/11/2019

Message par Snowball » 26 mai 2021, 08:25

Bonjour à tous,

Je suis assez partagé sur la position à retenir sur le dossier CDI. Bien entendu je suis ravi de l’évolution du cours, qui a été bien au-delà de mes attentes initiales. Depuis mon post initial de septembre, la titre s’est adjugé près de 75 % pour atteindre hier 651,5 € en séance puis 647 € en clôture.

Après un tel parcours, ma question est simple : est-ce le moment de vendre ?

La réponse est probablement : non. Les deux raisons principales à ce « non » sont les suivantes :

• Depuis le 15 avril, Bernard Arnault achète des titres LVMH à tour de bras : 746.000 actions achetées sur le marché à un prix moyen de 619,52 € pour un coût total de 462 M€. C’est forcément un très bon signe quand le boss croit autant au titre, surtout quand le dit boss sait compter et qu’il est proche de ses sous. On peut donc raisonnablement conclure que Bernard Arnault juge LVMH décoté actuellement.

• Mr Le Marché semble -enfin- en train de corriger l’anomalie que je pointe depuis le début. Aux cours d’hier soir, on a un ratio CDI / LVMH = 1,01. Pour mémoire, j’ai commencé mon étude ici avec un ratio CDI / LVMH à 0,89, avec un objectif à 1,15. En mars 2021, le ratio était tombé à 0,85. Depuis, il remonte en flèche. J’ai bon espoir qu’il ne soit plus très loin de son équilibre logique et historique : 1,15.

Bref, l’action CDI a le vent dans le dos et progresse très vite. Je ne vois pas de raison pour laquelle cette embellie viendrait prendre fin.

Pourtant, j’ai allégé hier ma position en vendant environ la moitié de ma ligne à 648 €. Le titre est maintenant TRES cher. Les perspectives de hausse sont plus limitées : avec un LVMH à 640 €, mon objectif de cours sur CDI est de 736 €. Le document de sortie de cote de la financière Agache montrait une valeur intrinsèque des titres CDI à 717 €. On commence à s’en rapprocher sérieusement.

Je m’en voudrais de quitter CDI avant d’avoir gagné mon pari initial : CDI = 1,15 LVMH… mais ce serait particulièrement absurde de gagner ce pari en laissant filer une partie de la plus-value. J’ai donc coupé la poire en deux en prenant une partie de mes gains.

Snowball

Avatar de l’utilisateur
Timeless
32
Messages : 9
Inscription : 18/11/2020

Message par Timeless » 30 mai 2021, 21:53

Bonsoir à tous,

"Le luxe ne connaît pas la crise", bref reportage de la radio télévision suisse-romande sur le succès de Bernard Arnault. "Si les magasins sont restés fermés durant la pandémie, les marques de luxes sont parvenues à vendre des produits qui valent des milliers de francs sur le net. Le commerce en ligne est en voie d'atteindre les 30%. Le luxe à tirés son épingle du jeu grâce aux générations Y (post-1980) pour qui le luxe, avec le culte du moi et des réseaux sociaux à valeurs de statut symbole. Les Chinois ont été très actifs durant cette période de pandémie. D'ici 4 ans la Chine représentera la moitié du marché du luxe et la génération Z (post-1990) devrait également être addicte aux objets qui n'ont pas de limites de prix."

https://www.rts.ch/play/tv/redirect/detail/12237963

Depuis quelques jours, l'homme le plus riche du monde est désormais...Bernard Arnault ! Visual capitalist a mis en avant l'évolution de l'action LVMH depuis juin 2020 et mentionne certaines des marques de cet empire, dont... Christian Dior.

https://www.visualcapitalist.com/france ... est-person

Quant à l'action CDI, elle continue son ascension progressive (dernière clôture à 660 euros), s'approchant des valeurs mentionnées par Snowball dans son dernier message.
"When the facts change, I change my mind" - Paul Samuelson

Avatar de l’utilisateur
Snowball
8080
Messages : 628
Inscription : 21/11/2019

Message par Snowball » 27 juillet 2021, 16:27

Comme LVMH, Christian Dior a publié ses comptes semestriels hier soir.

C’est excellent. Le CA consolidé est en hausse de 56 % en un an (+53 % en organique). Toutes les familles de produits affichent des croissances à deux chiffres. Mais c’est la mode et maroquinerie qui décrochent le pompon avec + 74 % (+ 81 % en organique). Ça tombe bien, c’est aussi le secteur le plus important au sein du groupe : 13,9 Milliards sur une total de 28,7 milliards, soit 48 % des ventes.

Comme 2020 avait été une année un peu particulière, le groupe donne un comparatif avec 2019. Par rapport à n-2, la croissance est de 14 % (11 % en organique). Je crois que l’on peut affirmer que le groupe a bien traversé la crise.

Le résultat opérationnel courant est multiplié par 4,6 en un an (+44 % par rapport à 2019). Le résultat net part du groupe est lui multiplié par près de 10,7 (+64 % par rapport à 2019). Le free cash-flow est abondant. Les capitaux propres en nette hausse. La hausse de l’endettement, lié au rachat de Tiffany, est limitée avec un gearing de 0,38.

CDI annonce un acompte sur dividende de 3 € qui sera payé le 2 décembre.

Les chiffres clé sont dans le tableau ci-dessous. Le communiqué avec les comptes semestriels est en pièce jointe.
Resultats semestiels CDI 2021.jpg
Snowball
Pièces jointes
Christian-Dior-Resultats-semestriels-2021-VF.pdf
(613.43 Kio) Téléchargé 249 fois

Oblomov
2328
Messages : 409
Inscription : 26/05/2021

Message par Oblomov » 13 août 2021, 04:36

Cette année, CDI est la marque de luxe la plus populaire sur wechat, messagerie qui compte 1,25 milliards d'utilisateurs actifs principalement en Chine.
De plus selon Berenger, les ventes devraient tripler d'ici 2025 et la Chine comptera pour 45% du marché.

https://m.zonebourse.com/actualite-bour ... -36142360/

Avatar de l’utilisateur
Snowball
8080
Messages : 628
Inscription : 21/11/2019

Message par Snowball » 07 septembre 2021, 12:06

La décote de CDI par rapport à LVMH se stabilise autour 12 % / 13 % ces dernières semaines avec un CDI qui s’échange autour de 1,02 / 1,03 * LVMH depuis début juin 2021.
Cours CDI vs LVMH.jpg
Le marché fait-il une pause avant de retrouver l’équilibre théorique et historique de CDI = 1,15 * LVMH… ou va-t-il durablement entériner une décote de holding un peu inférieure à 15 % ?

La réponse au prochain épisode.

Snowball

Avatar de l’utilisateur
Snowball
8080
Messages : 628
Inscription : 21/11/2019

Message par Snowball » 13 octobre 2021, 08:21

Christian Dior a publié hier soir son chiffre d’affaires pour le T3. Il s’inscrit dans la dynamique de croissance affiché au S1 :
CDI ventes T3.jpg
Globalement, les ventes progressent de 46 %, dont 40 % à périmètre et change constant. L’effet de base étant très favorable sur une année 2020 compliquée, CDI a l’élégance de donner le comparatif avec 2019. En deux ans, la croissance organique est de 11 %. On peut dire que l’épisode COVID a été bien digéré.

Par nature d’activité, on note que :

• la distribution sélective est en souffrance sur 2 ans, avec un recul de 23 %. Les fermetures administratives de magasins jusqu’à l’été, ainsi que la gigantesque panne des voyages internationaux pénalisent lourdement ce secteur. La reprise sera plus lente pour cette division.
• Les parfums & cosmétiques d’un côté et les montres et joaillerie de l’autre sont quasiment à l’étal depuis la période d’avant crise. Là aussi, les effets du confinement ainsi que la fermeture des boutiques d’aéroport se font sentir et grèvent la croissance.
• Les vins et spiritueux progressent de 10 % en 2 ans, tirés par de forts rebonds aux États-Unis et en Chine.
• La mode et maroquinerie poursuit son incroyable parcours avec un hausse de 38 % des ventes en deux ans. Toutes les maisons du groupe sont à la fête : Louis Vuitton, mais aussi Christian Dior, Fendi, Céline ou encore Marc Jacobs.

En plus de sa progression organique, le groupe poursuit ses opérations de croissance externe. On peut citer pour la période les champagnes Armand de Brignac et le spécialiste des ventes en ligne de produits de luxe Feelunique. L’intégration de Tiffany, elle, semble être un succès. Le communique indique :
Porté par le succès grandissant de ses produits iconiques, Tiffany réalise une performance remarquable, notamment aux États-Unis qui constituent le premier marché de la Maison.
Du côté des perspectives, le groupe voit les tendances actuelles se maintenir au moins jusqu’à la fin de l’année. Grand ciel bleu sur CDI donc.

Snowball
Pièces jointes
Christian-Dior-Ventes-T3.pdf
(169.78 Kio) Téléchargé 272 fois

Oblomov
2328
Messages : 409
Inscription : 26/05/2021

Message par Oblomov » 12 novembre 2021, 02:42

Selon le cabinet de conseil Bain, les ventes mondiales de produit de luxe devraient augmenter de 4% par rapport à 2019 à taux de change constant, dopé par les achat aux États-Unis et en Chine. L'Europe n'a pas retrouvé son niveau d'avant-crise, et pourrait ne pas l'atteindre avant 2024.

Source: https://m.zonebourse.com/cours/action/H ... ountview=0

Avatar de l’utilisateur
Snowball
8080
Messages : 628
Inscription : 21/11/2019

Message par Snowball » 13 novembre 2021, 15:17

Bonjour à tous,

Je suis définitivement sorti hier de CDI. J’ai vendu mes titres à 709 €. J’avais commencé mon suivi ici en septembre 2020 à 373 €. C’est donc une plus-value de 90% en 14 mois. La performance monte à 92% en intégrant les dividendes reçus sur la période.

Si je me réjouis de cette magnifique opération, bien au-delà de mes espoirs initiaux, je dois à l’honnêteté d’apporter un gros bémol : mon analyse de départ ne s’est avérée que très partiellement juste.

Mon hypothèse était que les titres de CDI étaient décotés par rapport à ceux de son sous-jacent et seul actif : les titres LVMH. La logique voudrait que CDI = 1,15 LVMH. Ce ratio s’est longtemps vérifié dans les cours. C’est aussi ce ratio (ou presque) qui a servi à l’OPAS de Bernard Arnaud sur CDI en 2017.

En septembre 2020, CDI = 0,89 LVMH. Je voyais donc un potentiel à la hausse d’environ 30 % pour CDI, justifiant mon achat. J’attendais pour vendre le retour à l’équilibre théorique de 1,15.

Hier, en bourse on avait CDI = 0,99 LVMH et je persiste à penser que c’est une anomalie de marché… mais les cours de ces deux sociétés sont tellement haut qu’ils me donnent le vertige. Je ne crois pas que LVMH soit sous valorisée et c’est un euphémisme. Je préfère donc quitter le bateau maintenant, sans avoir eu la satisfaction de voir mon hypothèse de base se confirmer.

Au final : sur les 92 % de gains que j’enregistre sur ce dossier, environ 12 % proviennent de ma thèse de départ. Le reste (la très forte progression de CDI) : c’est de la chance. C’est moins satisfaisant que d’avoir raison, mais je prends quand même.

Je ne poursuivrai pas mon suivi de CDI dans ces colonnes… sauf si l’avenir permettait de retrouver un point d’entrée intéressant.

Au niveau actuel des marché, je vais être très vigilant pour déterminer si je réinvestis cet argent rapidement, ou si je me contente de voir mon matelas de trésorerie s’épaissir.

Snowball

Dwight Schrute
506
Messages : 84
Inscription : 30/12/2020

Message par Dwight Schrute » 13 novembre 2021, 16:21

Il y avait un autre volet dans votre choix d'investissement dans Christian Dior : le potentiel retrait de la cote.
Pensez-vous que l'action est trop chère pour que Bernard Arnault se lance dans cette opération ?

Avatar de l’utilisateur
Snowball
8080
Messages : 628
Inscription : 21/11/2019

Message par Snowball » 14 novembre 2021, 10:34

Bonjour Dwight Schrute,

Vous avez raison, l’aspect spéculatif a joué un rôle important dans ma décision d’acheter du CDI.

L’OPR est-elle d’actualité ?

A l’évidence, la façon la plus honnête de répondre à cette question serait : « Je n’en sais rien. Je ne connais ni de près ni de loin les intentions de Bernard Arnault. Je ne connais ni de près ni de loin Bernard Arnault. Et bien entendu, si je le connaissais, je m’abstiendrais de tout commentaire sur ce forum ou ailleurs ».

Ce disclaimer est 100 % justifié et sans doute devriez-vous stopper la lecture du présent message à cet endroit précis. Je me hasarde malgré tout à une réponse qui n’engage que moi.

Il me semble évident que l’OPR aura lieu. Beaucoup d’actions menées ces dernières années pointent dans cette direction. Flottant symbolique suite à la précédente opération de 2017. Simplification des structures juridiques. Alignement des dates de clôture. OPR récente sur la Financière Agache… Bref la seul question valide n’est pas de savoir s’il y aura OPR mais quand celle-ci aura lieu ?

L’âge du capitaine ainsi que beaucoup des faits énoncés le paragraphe précédent plaident pour une OPR très prochaine, disons dans les 2 ou 3 prochaines années.

J’imagine que des armées de juristes, fiscalistes et autres istes en tout genre sont prêtes pour cette grande opération. Mais le maître des horloges ici c’est Bernard Arnault. Il appuiera sur le bouton quand bon lui semblera. Le fera-t-il en pleine euphorie des marchés pour sortir au prix fort ou attendra-t-il que les cours reviennent à des niveaux plus raisonnables ? Je suis tenté de penser qu’il va attendre un peu.

Les seules données tangibles publiquement disponibles sont les suivantes :

• L’OPR sur la Financière Agache du printemps dernier fait apparaître une valeur des titres CDI de 717 €.
• Bernard Arnault a racheté massivement des titres LVMH sur le marché jusqu’à un cours maximum de 689 € (le 18 juin dernier), ce qui se traduit par une valeur théorique de CDI de 689 * 1,15 = 792 €.

Donc, une valeur de CDI comprise entre 700 et 800 € n’est pas tabou et semble clairement acceptée par le boss. Irait-il au-delà ? Rien n’est moins sûr. Il n’y a aucun achat de titres sur le marché depuis la mi-septembre. Et il n’aura échappé à personne que le indices sont au plus haut.

Ma perception du dossier aujourd’hui est donc la suivante :

• Il y a un petit potentiel de hausse, disons jusque vers 800 € ;
• Il a y un vrai potentiel de baisse. Rappelons-nous que l’on pouvait acheter du CDI à 250 € en mars 2020. Jusqu’où le cours descendra-t-il lors de la prochaine crise boursière ? Rappelons aussi que Xi Jinping aimerait assez que ses compatriotes arrêtent d’acheter des produits de luxe français, italiens ou américains. Ce n’est pas un marrant Xi Jinping : il a fait plier les Facebook et Amazon de ce monde qui ont globalement renoncé au marché chinois. Je crois que Bernard Arnault l’impressionne assez peu. Que se passera-t-il le jour où les ventes du groupe reculent sensiblement en Chine ?

Bref, un titre qui pourrait monter un peu ou descendre beaucoup selon l’évolution des marchés en général et des ventes de LVMH ne me semble plus un bon pari. Je préfère donc prendre ma plus-value plutôt que de m’obstiner pour me prouver que mon scénario de base était juste (titre décoté par rapport à son équilibre théorique + OPR à venir).

Ceux qui auront plus de patience que moi et qui attendront l’OPR auront peut-être raison de le faire. Je leur tirerai mon chapeau. Pour ma part, je crois que la décision économiquement rationnelle aujourd’hui est de sortir.

Snowball

bibike
6319
Messages : 1208
Inscription : 10/11/2019

Message par bibike » 30 janvier 2022, 12:14

LVMH a publié ses résultats annuels, voici le slide show.

En résumé....
lvmh.JPG
13.5 B € de cash flow opérationnel, x2.2 vs 2019 ou 2020...

Le second semestre montre une accélération de la croissance
rs2.JPG
10 €/action en dividendes au titre de 2021.
Dette nette en hausse (lié à Tiffany) à 9.6 B €.
12 B € de RNPG, soit un PE de 30 pour LVMH à 716 €.
PE 27 en 2022 sur les anciennes estimations des analystes.
Ce n'est pas donné mais quelle croissance top line ET de la profitabilité pour un tel mastodonte...
IB https://ibkr.com/referral/etienne815
Saxo https://urlz.fr/l9Hh
Bourso ETPL4810
Fortuneo 12470190

Répondre

Connexion

Statistiques

____ membres / 2 000 max (___ places disponibles avant la limite)

24178 messages • 1005 sujets