Lanson-BCC (ALLAN)

Anciennes actions du portefeuille Pépites PEA
Avatar de l’utilisateur
les daubasses
Administrateur
20744
Messages : 4067
Inscription : 26/10/2019

Message par les daubasses » 20 avril 2023, 17:52

Champagne !

ALLAN vignes.png
Date d’achat : 20 avril 2023
Cours d’achat : 38,90 EUR
Nombre de titres achetés : 14

Montant total dépensé : 38,90 x 14 + 2 EUR (frais de courtage) = 546,60 EUR

Points forts de ce titre
- une stratégie de montée en gamme prometteuse
- une belle vendange 2022 avec un impact positif attendu sur les résultats à moyen terme
- une situation financière en amélioration
- des rachats d'actions offensifs du PDG

Titre éligible au PEA et au PEA-PME

Analyse complète [Avril 2023] disponible ici :
2022.12 Lanson-BCC.pdf
(969.65 Kio) Téléchargé 962 fois
-- Chasseurs de décotes depuis 2008 --

climatisor
1078
Messages : 337
Inscription : 11/11/2019

Message par climatisor » 21 avril 2023, 08:03

Super du champagne dans le portefeuille 8-)
Je savais pas que Lanson était côté, perso pour l'instant je m'étais intéressé à Laurent Perrier.

Si on compare les 2; laurent perrier est plus gros avec une capi de 670 millions contre 260 millions pour Lanson par contre comme Lanson est très endetté on arrive à une valeur d'entreprise de 700 millions pour Landon contre 900 millions pour Laurent Perrier. On est donc sur des capitaux a peu près comparable.
Sur les marques Lanson a 8 marques : lanson, Philipponat, Venoge, Bellefon, Boizel, Chanoines frères, Burtin, Alexandre Bonnet. Lanson est connu mais les autres pas trop je crois.
Pour LP il y a 4 marques (ou maisons) : Laurent Perrier, Salon, Delamotte; Castellane. Laurent Perrier est la plus connu mais les autres ont aussi une certaine renommée.

Les ROE, ROA, ROI sont à peu près pareils sur les 2 entreprises par contre les marges sont beaucoup plus importantes chez LPE : Marges opérationnelles à 19% en moyenne contre 10% pour Lanson.
Lanson a fait une année 2022 exceptionnelle en bénéfice mais ça devrait se calmer en 2023. Les analystes s'attendent à environ 3.8 euros de bénef par action en 2023 ce qui ferait un PE de 10 environ. au prix actuel. Cela fait pas très cher car c'est plutot une entreprise qui se paye en général 15X les bénéf.
LPE devrait faire dans faire dans 9.5 euros par action en 2023 ce qui ferait un PE de 13 au cours actuel pour un groupe qui s'échange habituellement sur un PE de 20.

Donc pour ma part secteur très intéressant, surtout si on est français on doit avoir du champagne :lol:
Perso, je trouve que LPE est un peu plus cher mais mieux géré, avec des marques plus fortes. Lanson est un peu trop endettée à mon gout, son PE est flatteur aujourd'hui grace a une année 2022 exceptionnelle mais pas forcément repétable.

Ce serait intéressant d'avoir des commentaires de personnes qui travaillent dans le secteur :)

Avatar de l’utilisateur
AntonyP
7650
Messages : 1240
Inscription : 27/08/2021

Message par AntonyP » 21 avril 2023, 09:42

Pour mettre un peu de couleurs aux propos de climatisator, ci-dessous benchmark des 3 sociétés concurrentes cotées :

Image
" Choisissez les bonnes valeurs et le marché en prendra soin ", Peter Lynch

flosk22
37
Messages : 6
Inscription : 12/01/2023

Message par flosk22 » 21 avril 2023, 09:53

A éviter à mon avis, en tout cas dans une approche de LT. Les KPI de rentabilité (ROCE, CROIC, etc. ) montrent bien que ces sociétés n'ont aucun avantage concurrentiel, elle se contente de vivoter. Soit c'est lié au secteur mais je doute que LVMH présente les mêmes KPI, soit c'est un déficit de notoriété/prestige de ces marques qui les empêchent d'augmenter leurs marges et ainsi d'obtenir un rendement du capital supérieur à leur cout du capital.

Il en résulte que sur les 15-20 dernières années, ces entreprises n'ont créées aucune valeur et a priori je ne vois pas pourquoi ça changerait à l'avenir.

[daubasses : cf. analyse... montée en gamme de toutes les maisons de champagne détenues]

Viga
2667
Messages : 538
Inscription : 16/08/2020

Message par Viga » 21 avril 2023, 09:59

Lanson BCC était mentionné récemment par Le Revenu dans un article "Euronext Paris : ciblez les prochains retraits de la cote", pour les achats agressifs de la famille et la possibilité d'OPR :
Capture d’écran 2023-04-21 à 09.52.04.png
Capture d’écran 2023-04-21 à 09.52.04.png (77.27 Kio) Consulté 5699 fois
source: https://www.lerevenu.com/bourse/euronex ... de-la-cote

n_sj
2
Messages : 1
Inscription : 12/02/2020

Message par n_sj » 09 mai 2023, 11:35

Bonjour et merci pour cette suggestion.
Question de néophyte, pourquoi une sortie de cote serait une bonne nouvelle pour ceux qui détiennent les titres? Quel serait l'intérêt des majoritaires de faire une offre généreuse aux minoritaires?

Avatar de l’utilisateur
Franck des daubasses
8801
Messages : 1089
Inscription : 07/04/2021

Message par Franck des daubasses » 09 mai 2023, 15:31

Question pertinente.

En fait, le pari est que si retrait il y a, ce sera grosso-modo avec la fameuse traditionnelles prime de 30%. Ce qui collerait à peu près à la valeur des fonds propres.
Niveau souvent retenu comme valeur plancher pour une expropriation des actionnaires minoritaires (offre avec retrait de la cote = OPR).

Bien sûr, on connaît les experts "indépendants" mandatés pour valoriser le juste prix lors de telles opérations, et on ne se fait pas d'illusions sur le fait que si les majoritaires veulent enfumer les minoritaires, ils trouveront tous les subterfuges pour le faire... Espérons que les familles au capital soient un minimum éthiques.

Les fonds propres, ce n'est pas non plus demander la Lune. Surtout pour une entreprise en retournement, en croissance rentable sur les derniers trimestres.
Retrouvez toutes mes transactions et positions : dans mon portefeuille

Richy
213
Messages : 26
Inscription : 06/08/2020

Message par Richy » 22 mai 2023, 11:11

Lanson-BBC, valeur favorite d'ODDO dans le secteur du champagne :
Oddo BHF fait le point sur le secteur du champagne. L'analyste pense que l'année 2023 sera difficile pour l'industrie même si les chiffres du CIVC pour le T1 pointent sur une croissance des expéditions de 1,4% et que certains acteurs comme LVMH et Vranken Pommery ont rassuré sur l'évolution de leurs ventes au T1. Mais le premier trimestre n'est pas représentatif de l'année et, après deux années de rebond aussi bien en volume qu'en valeur, la profession a averti de la poursuite de la mise sous allocation de certaines cuvées, qui a commencé au S2, en raison d'un niveau de stocks affaibli par deux années de faibles vendanges (2020 et 2021) et de forte activité post pandémie, et du ralentissement attendu de la demande, comme conséquence du contexte inflationniste touchant le pouvoir d'achat des consommateurs.

Dans ce contexte 2023 d'offre contrainte et de ralentissement de la demande, le courtier privilégie Lanson-BCC ('surperformance') avec un objectif relevé de 41 à 47 euros. La stratégie de valeur mise en place par le groupe porte ses fruits, elle devrait permettre de mieux compenser la hausse des prix du raisin et de renforcer la structure financière. La diversité des maisons de champagne composant le groupe sera un atout pour mieux résister à un risque de retournement de marché. Après un bon parcours boursier, le broker dégrade Laurent-Perrier à 'sous-performance' pour des raisons de valorisation et de momentum moins favorable. La cible est maintenue à 130 euros. Les fondamentaux du groupe restent néanmoins solides mais le manque de produits et l'incertitude sur l'évolution du contexte économique actuel peut limiter la croissance des résultats 2023-2024.

Enfin, le spécialiste passe de 'sous-performer' à 'neutre' sur Vranken Pommery avec un objectif confirmé à 19 euros. Les fondamentaux du groupe se redressent doucement mais la visibilité sur l'amélioration durable de la rentabilité reste limitée. Toutefois sa valorisation boursière est moins exigeante.

Avatar de l’utilisateur
Fallus
1372
Messages : 330
Inscription : 03/04/2020

Message par Fallus » 23 mai 2023, 11:43

Etude Oddo sur le champagne
1.jpg
2.jpg
3.jpg
4.jpg
5.jpg
Les marchés n’ont jamais tort, les opinions souvent - Jesse Livermore

Avatar de l’utilisateur
Fallus
1372
Messages : 330
Inscription : 03/04/2020

Message par Fallus » 23 mai 2023, 11:44

6.jpg
7.jpg
7.jpg (64.67 Kio) Consulté 4281 fois
Les marchés n’ont jamais tort, les opinions souvent - Jesse Livermore

Avatar de l’utilisateur
les daubasses
Administrateur
20744
Messages : 4067
Inscription : 26/10/2019

Message par les daubasses » 05 juin 2023, 10:53

Cours : 44,80 EUR

Extraits d'un article paru dans la presse spécialisée qui revient sur la transformation de Lanson au cours des derniers années (travail sur les vins, le vignoble et le positionnement) :
Les trois familles champenoises actionnaires ont donc opéré un retour aux fondamentaux en procédant par ordre, c’est-à-dire en commençant par un travail sur les vins. Lorsqu’elles ont recruté en 2013 Hervé Dantan comme chef de caves, celui-ci a conditionné sa venue à l’acquisition d’un outil industriel lui permettant de gagner en précision. La Maison n’a pas lésiné, mettant sur la table vingt millions d’euros. De quoi constituer une nouvelle cuverie parcellaire et un chai à foudres. Lanson peut ainsi s’appuyer dans l’élaboration de ses multimillésimes sur plusieurs réserves perpétuelles, et une collection de vins de réserve rassemblant une vingtaine de millésimes depuis 2003.
A noter également le travail opéré sur le vignoble. La Maison bénéficie d’un approvisionnement de 420 hectares, dont 45 % de premiers et grands crus, alors que ceux-ci ne constituent que 33 % de la surface de l’appellation.
En 2019, la Maison a enfin mis en place un vaste programme de repositionnement dont le nom de code Lvinvingt ou L2020, est un clin d’œil à la fois à la date et à l’objectif, celui de remettre les vins au centre. « Nous l’avons déployé en plein Covid, alors que nous n’avions rien à perdre. Les ventes s’effondraient, autant travailler à soigner notre repositionnement en prévision de la reprise » confie François Van Aal, le président. La Maison réduit le nombre de cuvées de 15 à 10, revoit la plateforme de marque, et crée notamment ce fameux Key Visuel mettant en scène la bouteille de Black Label portée avec amour, comme un nouveau-né, entre les mains du chef de caves. Au nom de la transparence, Lanson a aussi apposé des contre-étiquettes détaillées. Enfin, côté distribution, la Maison a opéré une large recomposition de son réseau d’importateurs notamment aux Etats-Unis et en Allemagne.
Ce travail n’a pas tardé à porter ses fruits « Dès le deuxième semestre 2021 et surtout dès 2022 nous avons vu les expéditions augmenter de 40 % et notre chiffre d’affaires de 50 %. » Aujourd’hui, la grande distribution ne représente plus que 7 % des expéditions et l’export 85 %, avec comme premier marché l’Angleterre. Rappelons que Lanson s’est vu attribuer le Royal Warrant dès 1900 par la Reine Victoria. Outre-Manche, elle est aujourd’hui la deuxième marque la plus vendue derrière Moët & Chandon, et sa cuvée rosé arrive même en tête ! Cette position est confortée par son partenariat avec le tournois de Wimbledon qui dure depuis 1977 et pour lequel elle vient de resigner il y a deux mois à peine pour cinq ans. De quoi réjouir de là où il est Victor Lanson qui avait rebaptisé en 1937 son multimillésime du nom de Black Label en hommage à ce marché.
---
Lien vers l'article complet :
Terre de vins - Champagne Lanson lance « Le Black Création »
-- Chasseurs de décotes depuis 2008 --

Avatar de l’utilisateur
les daubasses
Administrateur
20744
Messages : 4067
Inscription : 26/10/2019

Message par les daubasses » 05 juillet 2023, 09:26

Cours : 39,70 EUR

Cécile Aboulian (In Extenso) était invitée sur BFM Bourse mardi 4 juillet pour parler de Lanson.

Points forts de la valeur :
- différentes maisons et mix géographique -> amortisseur cyclique
- excellents résultats 2022 avec un chiffre d'affaires en hausse de 7% et un ROC en hausse de 65%
- poursuite de la stratégie de création de valeur axée sur la valorisation / prix moyen de vente en hausse de 12%
- amélioration du gearing à 1,42 -> niveau d'endettement normal pour une maison de champagne pour financer son stock
- volonté de poursuivre la rémunération des actionnaires en dividendes

Risques :
- hausse des charges financières et du prix du raisin

Valorisation et objectif :
- valorisation attractive avec un PER 2024 de 8,3 contre une moyenne de 13,6
- objectif de cours de 57 EUR

---
Cécile Aboulian (In Extenso) : Focus sur Lanson-BCC - 04/07
-- Chasseurs de décotes depuis 2008 --

Dagano
1937
Messages : 252
Inscription : 31/03/2021

Message par Dagano » 23 août 2023, 13:00

J'ai pris position sur cette valeur.

Quelques éléments non discutés dans le fil de discussion :
  • Des opérations patrimoniales sont intervenues au sein de la famille Baijot. Le père a constitué des SCI avec chacun de ses enfants qui détenaient déjà une partie des titres (en pleine propriété ou en démembrement). Ces opérations d'apports sont intervenues au profit de plusieurs sociétés le 30 mars 2023. La valorisation retenue pour ces opérations est une valeur de 35 € pour la pleine propriété (un dividende de 1€ a été versé depuis).
  • Ces SCI ont le 23 juin 2023 procédé à l'acquisition d'actions pour un prix de 43,20 € auprès du patriarche. Chacune pour 200.000 €. Le prix retenu correspondait au cours de bourse à l'époque.
Chacune des sociétés civiles créés détenait suite aux apports un peu plus de 5% du capital lui ouvrant droit au régime dit-mère fille sur les dividendes (en un mot, chacun des dividendes versés en mai pour 1 € n'a été pris en compte pour les besoins du résultat fiscal qu'à hauteur de 0,05 €). Elles ont donc à ce jour réinvesti lors de l'acquisition du 23 juin 2023, 60% du dividende perçu environ.
En outre, pour rappel FIAG Holding doit également céder d'ici le 30 novembre 2023, le solde de sa participation pour 36 € (post versement du dividende 2022 de 1€) à LANSON ou aux actionnaires comme mentionné dans l'analyse de la société.

Les opérations patrimoniales réalisées en mars dernier me semblent un élément supplémentaire laissant penser qu'une OPR devrait intervenir sur ce dossier. Quand ? Je ne sais pas. Ce que je sais, c'est que la famille Baijot s'est mise en position pour percevoir des dividendes sans être réellement imposé. Si les actionnaires n'ont pas tout de suite le cash, j'estime qu'ils continueront de se verser des dividendes. En outre, vu la taille du flottant et à supposer qu'ils ne disposent pas des liquidités disponibles, la dette à lever ne serait pas si importante au regard du bénéfice par action distribuable pour financer l'opération dans de bonnes conditions.

L'absence d'achat par Monsieur Paillard sur le marché ne m'inquiète pas, je pense qu'il va réinvestir ses dividendes par le biais du rachat des titres FIAG Holding ou qu'il se prépare à l'OPR (pas d'achat annoncés sur le marché depuis l'annonce de l'acquisition des titres FIAG Holding). Les achats sur le marché risquerait de pousser le cours de bourse (ceux à quoi ils n'ont aucun intérêt - il était monté à 46,4 € début juin avant de redescendre aujourd'hui au prix où sont rentrés les daubasses dans la mesure où il faut retraiter le dividende de 1€ reçu).

D'un point de vue opérationnel, les vendanges s'annoncent bonnes : https://france3-regions.francetvinfo.fr ... 14545.html. Le risque catastrophe naturel semble pour cette année écarté (reste le risque "taux").

Le prochain évènement pour la société sera la publication du chiffre d’affaires et des résultats du 1er semestre 2023 le 8 septembre 2023.

Avatar de l’utilisateur
les daubasses
Administrateur
20744
Messages : 4067
Inscription : 26/10/2019

Message par les daubasses » 11 septembre 2023, 09:20

Cours : 35,80 EUR

Notre maison de champagne a publié vendredi soir ses résultats semestriels.
Lanson 30.06.2023.png
Le chiffre d'affaires est en recul de 5,2% dans un marché en baisse de 4,7% en volume. En revanche, le résultat opérationnel affiche une forte progression à 19,25 M EUR (+47,4%) grâce à une amélioration du mix produit et une croissance des prix de vente. La stratégie de montée en gamme porte ses fruits !

La moins bonne nouvelle vient du coût de l'endettement financier. Comme on pouvait s'y attendre, il est en forte augmentation du fait du poids de la dette et de la hausse des taux : +112,0% à 3,88 M EUR. Le résultat net progresse malgré tout de +14,7% à 11,57 M EUR.

Les capitaux propres part du groupe sont en hausse de +7,2% sur 12 mois et s'établissent à 329,75 M EUR au 30 juin. La dette financière nette ressort à 494,13 M EUR (+9,48 M EUR par rapport au 30 juin 2022). Le gearing s'améliore à 1,48 contre 1,55 un an plus tôt.

Perspectives

Le groupe ne fait pas de prévisions chiffrées pour 2023, mais le 2ème semestre devrait vraisemblablement être meilleur que le 1er. À noter également une belle vendange 2023 :
En raison de la saisonnalité traditionnelle des ventes de Champagne et des incertitudes économiques, les résultats du premier semestre 2023 ne peuvent être extrapolés à l’ensemble de l’exercice. LANSON-BCC rappelle qu’habituellement environ un tiers des ventes sont réalisées au cours du premier semestre, lequel supporte la moitié des charges fixes. En cette absence de visibilité sur la fin de l’année, LANSON-BCC ne publie donc pas de prévisionnel pour l’ensemble de l’exercice. La belle vendange 2023 en-cours venant renforcer celle de 2022 devrait permettre une reprise des volumes à moyen terme.
La stratégie de montée en gamme semble en bonne voie. Le principal enjeu du groupe va désormais être la maîtrise de ses charges financières avec le renouvellement des échéances de crédits.

Au 30 juin 2023, la valeur des fonds propres par action est de 49,71 EUR*. Il s'agit de notre nouvel objectif de cours (+2,7% par rapport à l'objectif initial).

*6 633 161 actions, auto contrôle déduit

---
Lanson - Rapport financier semestriel 2023
-- Chasseurs de décotes depuis 2008 --

gilbros
1421
Messages : 199
Inscription : 01/08/2021

Message par gilbros » 17 septembre 2023, 18:48

Un article dans le journal Investir n° 2592 de ce week end :
Investir 2023-09-17 184624.png

Oblomov
2328
Messages : 409
Inscription : 26/05/2021

Message par Oblomov » 28 septembre 2023, 23:21

Avis positif de la lettre de la bourse sur la valeur
Lanson-BCC : toujours aussi bon marché
Par Bruno Kus
Publié le 25/09/2023 • Mis à jour le 18/09/2023
Le groupe de maisons de champagne continue de bénéficier de sa politique de valeur sur un marché un peu moins porteur mais toujours dynamique. Malgré une dette élevée liée à la nature de l’activité, le dossier reste nettement sous-évalué au regard de la qualité des actifs et des marques au bilan.

Sans surprise, le marché du champagne reprend son souffle après avoir été fortement stimulé par le retour à la consommation post crise sanitaire il y a un an. Le nombre de bouteilles expédiées par les maisons de champagne a ainsi reculé de 4,7% au cours du premier semestre 2023 avec un affaiblissement aussi bien à l’export (-3,7%) qu’en France (-6,3%). De son côté Lanson-BCC a vu cette tendance accentuée par sa présence au Royaume-Uni, aux Etats-Unis et en Australie où les stocks des distributeurs étaient particulièrement élevés. La baisse de 5,2% du chiffre d’affaires à 109,07 millions d’euros n’a cependant pas empêché le groupe d’améliorer significativement son résultat opérationnel courant de 47,4% (il est passé de 13 à 19,2 millions d’euros) grâce à la poursuite de la stratégie de valeur (hausse des prix) et d’amélioration du mix produit. L’évolution du résultat net (+14,7% à 11,57 millions) est moins spectaculaire en raison du doublement des frais financiers liée à la forte remontée des taux d’intérêt et au niveau élevé de la dette qui atteint 494 millions d’euros soit 1,5 fois les capitaux propres. Dans l’absolu, un endettement élevé est logique pour un groupe de champagne en raison de l’importance des stocks de bouteilles et de leur vieillissement. Mais il peut commencer à poser problème dans un contexte de forte remontée des taux comme c’est le cas depuis presque deux ans.

Un stock élevé mais stratégique

Comme à son habitude, la direction ne souhaite pas délivrer de prévisions pour l’ensemble de l’exercice compte tenu de la forte saisonnalité de l’activité (un tiers du chiffre d’affaires seulement est réalisé au premier semestre) et de l’importance des ventes de fin d’année dans un environnement de consommation qui manque cruellement de visibilité. Il faut rappeler que les comptes de l’exercice 2022 avaient bénéficié de deux éléments exceptionnels : une reprise de provision de 3,2 millions d’euros sur le régime de retraite d’une maison du groupe et un dénouement favorable d’un litige pour 1,6 million. Dans ce contexte et au regard de l’augmentation des frais financiers, la hausse du résultat annuel devrait être mesurée. En prenant une hypothèse de bénéfice à 35 millions d’euros, le titre afficherait néanmoins un multiple de capitalisation très modéré de 7 fois les profits. La qualité de la vendange 2023 devrait permettre au groupe d’augmenter ses volumes sur les prochaines années mais il faudra poursuivre la stratégie de valeur pour compenser la hausse continue des prix du raisin. L’endettement doit être mis en parallèle avec la valeur comptable du stock de bouteilles figurant au bilan pour 503 millions d’euros. Le groupe est par ailleurs propriétaires de vignobles et de plusieurs marques prestigieuses dont les principales sont Lanson (présente sur les marchés britanniques et américains), Philipponnat, De Venoge ou Besserat de Bellefon. Au regard de ces éléments, la décote boursière de 25% par rapport aux fonds propres parait très excessive, surtout si l’on se souvient des prix retenus lors des dernières transactions dans le secteur. En 2011 EPI avait acquis Piper Heidsieck sur la base de 4 fois le chiffre d’affaires alors que Lanson-BCC vaut moins d’une fois ses ventes annuelles.

Notre conseil : achetez Lanson-BCC à 35 euros pour viser 45 euros à un horizon de 18 mois. Code Isin : FR0004027068
https://www.lalettredelabourse.fr/analy ... on-marche/

Avatar de l’utilisateur
les daubasses
Administrateur
20744
Messages : 4067
Inscription : 26/10/2019

Message par les daubasses » 31 octobre 2023, 08:45

Cours : 36,30 EUR

Bruno Paillard, PDG et 1er actionnaire du groupe, est repassé à l'achat sur le titre depuis le 11 septembre.
Les volumes sont cependant assez faibles par rapport aux achats réalisés en début d'année. 590 titres ont été achetés pour un montant total de 21 k EUR (36,00 EUR par titre).
Lanson achat B Paillard 09-10.2023.png
source : insiderscreener
-- Chasseurs de décotes depuis 2008 --

Bn
862
Messages : 243
Inscription : 11/11/2019

Message par Bn » 24 novembre 2023, 07:30

Le groupement majoritaire a désormais plus de 90 % des titres avec ceux repris de Fiag Holding.
https://www.lanson-bcc.com/fr/node/998

Je suppose qu'on peut désormais s'attendre à une OPRO bientôt.
Grosse question et point d'attention: à quel prix sera la "proposition"...

Pour info le rachat des parts s'est fait à un prix de 36 euros par titre.
Blog: https://lacotefrancaise.substack.com

Avatar de l’utilisateur
AntonyP
7650
Messages : 1240
Inscription : 27/08/2021

Message par AntonyP » 12 janvier 2024, 10:11

ODDO BHF toujours à l'achat avec un modeste objectif de 45/47€

Source : https://www.abcbourse.com/marches//marc ... ble_618020
" Choisissez les bonnes valeurs et le marché en prendra soin ", Peter Lynch

Avatar de l’utilisateur
les daubasses
Administrateur
20744
Messages : 4067
Inscription : 26/10/2019

Message par les daubasses » 26 janvier 2024, 08:57

Cours : 40,60 EUR

Lanson a publié hier soir son chiffre d'affaires annuel. Dans un marché en baisse de 8,2% en volume mais quasi stable en chiffre d'affaires, Lanson enregistre un recul de ses ventes de 6,1% à 271,7 M EUR. La baisse a été un peu plus marquée au S2 (-6,6%) qu'au S1 (-5,2%). Le groupe explique le recul de ses ventes en France par la suppression chez Champagne Chanoine Frères d’une gamme trop peu valorisée, et à l’export par des surstockages notamment aux USA et en Australie.
Lanson CA 2023.png
Notre maison de champagne entend poursuivre sa stratégie de montée en gamme dans un environnement de hausse continue du prix du raisin et du coût du financement de l'élevage des vins.

Les résultats 2023 seront publiés le 7 mars après bourse.

---
Lanson-BCC - Chiffre d'affaires 2023
-- Chasseurs de décotes depuis 2008 --

Avatar de l’utilisateur
Franck des daubasses
8801
Messages : 1089
Inscription : 07/04/2021

Message par Franck des daubasses » 06 mars 2024, 11:35

Objectif de 53 € pour cet intervenant :


Retrouvez toutes mes transactions et positions : dans mon portefeuille

Avatar de l’utilisateur
les daubasses
Administrateur
20744
Messages : 4067
Inscription : 26/10/2019

Message par les daubasses » 08 mars 2024, 09:01

Cours : 43,80 EUR

Notre maison de champage a publié ses résultats 2023.
Lanson résultats 2023.png
Malgré un chiffre d'affaires en baisse de -6,1% à 271,7 M EUR, le résultat opérationnel courant progresse de +17,0% à 58,8 M EUR. La baisse des volumes a été compensée par l'évolution du mix produits et l'augmentation des prix de vente. La stratégie de montée en gamme porte ses fruits. Le taux de marge opérationnelle progresse de +4,2 points à 21,6%.

La moins bonne nouvelle, c'est l'augmentation du coût de l'endettement financier. Il passe de 4,3 M EUR à 10,1 M EUR. Le résultat net recule ainsi de 5,2% à 36,7 M EUR (5,44 EUR par action).

Côté bilan, les fonds propres se renforcent à 354,3 M EUR (+9,2%). La dette financière progresse moins vite (+7,4% à 501,6 M EUR), ce qui permet une légère amélioration du gearing de 1,42 à 1,39. Bonne nouvelle.

Il sera proposé un dividende de 1,00 EUR par titre (rendement 2,3%), contre 0,70 EUR au titre de l'exercice précédent. La priorité du groupe est le renforcement des fonds propres et l'amélioration du gearing.

Au 31 décembre 2023, la valeur des fonds propres par action ressort à 52,45 EUR*. Il s'agit de notre nouvel objectif de cours (+5,5% par rapport à l'objectif précédent).

*6 633 846 actions, auto contrôle déduit

---
Communiqué des résultats
Présentation des résultats
-- Chasseurs de décotes depuis 2008 --

Dagano
1937
Messages : 252
Inscription : 31/03/2021

Message par Dagano » 08 mars 2024, 22:45

Interview de Bruno Paillard : Lien

Ce que je retiens :
-Baisse de la consommation, je comprends qu'on peut espérer un point bas.
-La flambée des coûts financiers n'est pas terminée. Ca sera 15M l'année prochaine (vs 11M cette année) à cause des crédits de vieillissement. Significatif pour eux car le stock c'est 4 années de vente (pas possible de réduire ce délai quand on fait du luxe).
-Le raisin flambe (+25% en 3 ans). Continuer la hausse des prix est une nécessité.
-Le bilan est sain. Les acquisitions de 2007 avant la crise financière sont digérées. Des investissements considérables ont été faits de 10 à 15M par an depuis cette date. Moins à faire désormais.
-Quand on a commencé en bourse, on coûtait X2 les fonds propres. Maintenant on côté 1/3 dessous. C'est décevant. Mais tout n'est pas à jeter avec la bourse qui nous a apporté de la discipline dans la façon de délivrer. Cependant un investisseur extérieur qui veut entrer en Champagne aujourd'hui il doit payer le prix du luxe. La situation est anormale. On peut nous dire que le problème c'est le flottant mais l'augmenter sous les fonds propres ça nous intéresse pas. On ne va pas sortir la société de la côte, avec les taux d'intérêts qui augmentent, on ne veut pas alourdir notre dette financiere.

Je ne pense pas qu'il mente pour racheter moins cher. Il fait remarquer que les dividendes augmentent et semble inviter les actionnaires à faire un bout de chemin avec lui et qu'ils seront récompensés. Je l'ai trouvé très sympathique.

Avatar de l’utilisateur
les daubasses
Administrateur
20744
Messages : 4067
Inscription : 26/10/2019

Message par les daubasses » 15 mars 2024, 08:08

Cours : 40,60 EUR

Bruno Paillard (pour rappel PDG et 1er actionnaire) est revenu à l'achat sur le titre cette semaine :
- 12.03.2023 : 3 093 titres à un prix moyen de 39,99 EUR.

Ses derniers achats remontaient à novembre 2023.

Notification AMF :
Acquisition Bruno Paillard - 12.03.2024
-- Chasseurs de décotes depuis 2008 --

Répondre

Connexion

Statistiques

____ membres / 2 000 max (___ places disponibles avant la limite)

24187 messages • 1005 sujets